La vocation sportive à l’épreuve de la blessure

Comment les athlètes surmontent-ils les doutes et les crises de vocation engendrés par les blessures ? Dans un univers où le corps constitue le principal outil de la performance, où la référence au don apparaît comme une évidence, où l’engagement, vécu sur le mode de la vocation mobilise un fort sentiment intérieur « d’être fait pour ça », la blessure est une épreuve que les sportifs de haut niveau redoutent.

Quels sont les effets contrastés de la blessure sur la croyance dans la vocation et le maintien de l’engagement dans un projet de performance chez les athlètes inscrits sur les listes Ministérielles de sportifs de haut niveau jeunes ? Centré sur deux études de cas, la recherche de Lucie Forté s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès de l’élite athlétique française. Elle y analyse comment l’environnement sportif et extra sportif peut constituer une ressource – ou pas – pour dépasser les potentielles crises de déclassement que la blessure engendre.


  • Forté L., 2018, « Les effets socialisateurs de la blessure : de l’érosion au renforcement des vocations athlétiques de haut niveau », Sciences sociales et sport, vol. 12, n° 2

    Lucie Forté est membre du Laboratoire CreSco, université de Toulouse 3 Paul Sabatier : lucie.forte@univ-tlse3.fr


Je n’avais plus la même aura…

La période de blessure et de reprise post blessure peut être marquée par une stagnation voire une régression des performances sportives. Cela provoque une chute réelle ou symbolique dans la hiérarchie sportive et nourrit un sentiment de déclassement : « mes adversaires n’avaient plus peur de moi », « je n’étais plus à mon niveau », « je n’avais plus la même « aura » », « ma courbe de progression s’est arrêtée net », « je me suis senti mis à l’écart »

Dans un univers classant, caractérisé par une organisation du travail structurellement incertaine, où les places pour la compétition ne sont jamais assurées dans le temps, les doutes générés au cours de cette phase sont susceptibles de déstabiliser fortement le sentiment « d’élection » et la croyance dans la possibilité de réaliser la vocation.

Le cas de Serge illustre ce processus. Après avoir enchaîné trois victoires en championnats de France jeune en trois ans et battu des records hautement symboliques, il connaît un enchaînement de blessures qui s’étale sur deux années et s’accompagne d’une longue phase de stagnation de ses performances. Fortement déstabilisé par le fait de ne plus occuper une position dominante au sein de son groupe d’entraînement et de l’élite athlétique française, il cherche à déceler dans le regard des autres quelques signes de son « élection » susceptibles de participer à sa réassurance :

« Je vois bien que je ne suis plus reconnu comme avant, comme si les gens n’avaient plus peur de moi… Enfin, je crois quand même que mes adversaires ont encore du respect pour moi et que dans leur tête, même si je ne suis plus le numéro un, je suis resté une référence : la personne à battre. C’est un peu grâce à ça que je tiens, et aussi parce que je me dis que le travail finira par payer… Mais je dois avouer que ce n’est pas facile, car depuis trois ans j’ai découvert quelque chose que je n’avais jamais éprouvé auparavant : le stress d’avant la course… »

Faiblement soutenu par sa famille, qui ne s’est jamais beaucoup intéressée à ses résultats sportifs, la fragilisation de son sentiment d’élection est renforcée par l’attitude de son entraîneur : « ce qui m’a vraiment marqué c’est que quand tu es blessé le coach ne s’occupe plus de toi. Ce n’était pas méchant, mais il n’avait pas de séance pour moi. Il ne me proposait rien, et ça me prenait la tête. » La crise de vocation qu’il traverse le conduit à prendre conscience des sacrifices qu’il a consentis dans le cadre de ses études ou de sa vie amoureuse. Il remet alors en cause la vie à contre temps et contre espace qui va de pair avec la réalisation de sa vocation sportive. « Je n’ai pas de petite copine. Ce n’est pas facile… Je n’ai pas envie de sortir avec une athlète parce que le monde de l’athlé est plein de rumeurs. J’ai envie qu’on ait quand même une certaine intimité. Mais en même temps, ce n’est pas simple, parce qu’il est difficile de rencontrer une fille qui ne fait pas d’athlé… C’est dur de sortir avec une fille qui ne fait pas de sport. Elle ne comprend pas forcément pourquoi tu ne vas pas en soirée, pourquoi tu ne fumes pas, pourquoi tu ne bois pas… Tu n’es pas dans son délire ». Au final, la configuration sportive et extra-sportive dans laquelle Serge évolue ne lui offre que très peu de ressources pour affronter la crise qu’il traverse. Remettant en question la vision relativement enchantée qu’il se faisait de sa destinée sportive, il peine à donner du sens à la réalisation d’une vocation qui implique un engagement total ; un engagement qui s’avère particulièrement coûteux depuis que les signes de reconnaissance et de consécration institutionnelles se font rares.

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort…

À l’inverse, pour d’autres athlètes, l’expérience de la blessure offre une occasion de réactiver certains marqueurs de l’élection de sorte qu’elle peut participer à la consolidation du sentiment de vocation comme l’illustre le cas de François, athlète de haut niveau jeune qui a connu un enchaînement de blessures qui a fortement perturbé sa progression sportive.

« Quand j’ai eu ma fracture de fatigue j’ai vraiment ressenti une profonde injustice. Je me disais pourquoi moi ? Pourquoi encore blessé ? C’est vrai que j’ai eu une bonne période difficile. C’est sûr que tu as envie de lâcher un petit peu, tu te dis que tu ne reviendras jamais, est-ce que ça vaut le coup que je me réinvestisse là-dedans. (…) Heureusement, j’ai été très entouré. Grâce à mes parents, mes amis, mon entraîneur et ma copine, j’ai vite compris que ma place n’était pas sur le bord du terrain. Quand tu as des gens qui sont là derrière toi, rien qu’en les regardant tu sais que ta place est sur la piste. »

Son témoignage permet de souligner le rôle crucial de l’entourage sportif et extra-sportif lorsque la consécration sportive fait soudainement et durablement défaut. « Tu te dis qu’il n’est pas normal de douter puisque les autres croient en toi et ça te botte les fesses. Parce que dans l’histoire tu n’es pas seul : il y a des gens qui comptent sur toi. Il y a des gens qui attendent beaucoup de toi. Même si à la base, tu ne fais pas ça pour eux, quand tu gagnes tu les fais sourire et quand tu perds tu les fais pleurer. Quelque part, tu leur es un petit peu redevable. Je ne fais pas ça pour eux, toutes proportions gardées bien sûr… Mais c’est vrai que ces gens-là je préfère les voir sourire ».

Ce soutien de son entourage – qu’il perçoit comme une ressource mais qui constitue également une forme de pression à maintenir l’engagement – illustre la force des vocations qui sont construites dans des sphères de socialisation particulièrement homogènes, imbriquées et enveloppantes. Son père est entraîneur et ancien athlète, sa mère dirigeante sportive dans son club et ancienne athlète, sa sœur aînée ainsi que sa fiancée sont athlètes de haut niveau, son petit frère pratique également l’athlétisme et la plupart de ses amis évoluent dans ce milieu.

La place centrale accordée au sport de haut niveau s’illustre jusque dans la décoration de la maison familiale qui constitue le support d’une forme de socialisation silencieuse particulièrement puissante : en guise de tapisserie, sa mère a collé des posters de compétitions nationales et internationales auxquelles ses enfants ont assisté ou participé dans la pièce qui fait office de bureau/bibliothèque. Son cas permet d’illustrer la place que l’entourage peut jouer dans le travail de construction et de renforcement des vocations sportives. Face à l’épreuve de la blessure et à la crise de déclassement qui l’accompagne, tout l’entourage de François se mobilise pour réactiver son sens du devoir d’être à la hauteur et participer à un travail collectif de reconnaissance de ses compétences sportives permettant de pallier à l’absence de consécration sportive. Outre son environnement familial, l’attitude de son entraîneur contribue à l’entretien de son sentiment de vocation.

Ainsi, comme beaucoup d’athlètes qui se sont maintenus dans un engagement de type vocationnel, François attribue a posteriori des vertus positives à sa blessure : elle lui a permis de se rapprocher de son entraîneur, de mesurer à quel point ce dernier croyait en son potentiel et de développer sa capacité de résilience : « Cette période de blessure nous a même rapprochés davantage, une complicité s’est installée parce qu’il voyait que j’en bavais, et que l’on se bagarrait ensemble pour essayer de grappiller quelques centimètres à l’entraînement. Au final, cette blessure m’a peut-être coupé dans mon élan, mais elle m’a peut-être aussi fait du bien dans ma relation avec mon entraîneur. » Par ailleurs, le fait d’avoir vécu sa phase de réathlétisation aux côtés d’un athlète blessé qui préparait les Jeux Olympiques lui a offert une ressource supplémentaire pour dépasser cette crise qu’il conçoit désormais comme une épreuve qui l’a endurci sur le modèle de “ce qui ne te tue pas te rend plus fort” : « Je le voyais souffrir mais s’accrocher et ça a été un déclic : j’ai compris que le sport de haut niveau, c’était facile d’y accéder, mais beaucoup plus difficile d’y rester. En regardant la manière dont Olivier gérait sa blessure j’ai appris beaucoup de choses. Il m’a aidé à m’en sortir. » Cette seconde étude de cas illustre le fait que la blessure constitue une épreuve dont les effets contrastés s’étendent sur un continuum qui va de l’érosion à la consolidation des vocations sportives.

Conclusion

Contre l’idée d’une réussite sportive qui serait essentiellement le produit de qualités innées inégalement réparties, ou qui reposerait exclusivement sur un travail de développement des habiletés physiques et techniques, cette recherche invite à porter une attention particulière aux paramètres psychologiques et sociaux de la formation des élites sportives. Aux formes de reconnaissances institutionnelles du don telles que les cérémonies protocolaires ou les sélections en équipe de France, s’ajoutent des modalités informelles qui sont tout aussi importantes dans la production de la croyance dans un destin de sportif de haut niveau et qui font ressource – ou défaut – lorsque le sportif est confronté à des crises de déclassement. Sans illustrer l’intégralité des configurations sociales susceptibles de soutenir le processus d’intériorisation de la vocation par lequel l’athlète se convainc à la fois de sa propre valeur, mais aussi des bénéfices associés à la réalisation de sa vocation, ce travail rappelle que bien que la performance sportive soit souvent individualisée à travers la figure médiatique du champion, la production de l’excellence athlétique passe par des formes de socialisation bien spécifiques au cours desquelles diverses instances ainsi que différents agents de socialisation et événements sont susceptibles de jouer des rôles déterminants.


  • Bertrand J. 2009, « Entre “passion” et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail, n° 51
  • Marchetti D., et al. 2015, « Les enjeux sociaux des classements sportifs », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 209, n° 4
  • Suaud C., 2018, « La vocation, force et ambivalence d’un concept « nomade ». Pour un usage idéal-typique », Sciences sociales et sport, vol. 12, n° 2

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Flaticon, kerismaker, SBTS2018

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Santé


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucie Forté (1 juillet 2024). La vocation sportive à l’épreuve de la blessure. Mondes Sociaux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wsr


Lucie Forté

Lucie Forté est membre du Laboratoire CreSco, Université de Toulouse 3 Paul Sabatier : lucie.forte@univ-tlse3.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search