Chaines sportives : la dure loi du direct en temps de Covid

Comment la programmation télévisuelle a-t-elle été impactée par l’absence totale de transmissions sportives en direct au printemps 2020 ? L’analyse des chaines sportives françaises telles que Eurosport, L’Équipe, Canal + Sport, Bein Sport, ou encore RMC, permet de répondre à cette question.

Nées dans les années 1980, les chaines thématiques sportives résultent de deux changements majeurs : l’évolution du marché du sport et celle du marché télévisuel. Ces changements ont conduit à l’augmentation du nombre de chaines et du nombre de spectacles sportifs, en lien avec la transformation du sport en bien marchand.

Pour ceux qui analysent leurs programmes, une chaine de télévision est dite de flux quand elle propose des contenus fondés sur des boucles et la rediffusion des programmes. Elle est qualifiée de rendez-vous quand elle suppose que le spectateur se rende disponible à l’horaire de diffusion du contenu qu’il désire visionner.

Les chaines thématiques sportives ressemblent à la télévision de flux, comme BFM TV ou France Info TV, avec leur direct, leur grille homogène, leur spécialisation, leur disponibilité permanente et leurs rediffusions. Cependant, l’importance des retransmissions en direct les rapproche de plus en plus à de la télévision dite de rendez-vous, comme France 2 ou M6.

Le direct occupe une place essentielle dans les deux modèles. Que se passe-t-il pour ces chaines quand le direct sportif n’existe plus ?


  • Bonnet V.,  Ratts T., 2022, “ The hard law of live: A case study on French sports channels during COVID-19”, Research Handbook on Sport and COVID-19, in Pedersen P. M. (ed.), 2022,  Cheltenham : Edward Elgar, pp. 112-123

    Valérie Bonnet est membre du laboratoire LERASS : valerie.bonnet@iut-tlse3.fr


Repenser la programmation sportive

La programmation d’une chaine TV recouvre deux réalités : la sélection de contenus et l’organisation de la grille. S’organisant au pied levé dans le contexte de la crise sanitaire, les chaines renégocient leurs droits de diffusion et programment d’anciennes compétitions, plus ou moins récentes.

Dans un premier temps, une stratégie de rediffusion récente est mise en place, proche d’une télévision de rattrapage, comme sur Bein sport ou Eurosport qui profitent respectivement de la récente Coupe du Monde de ski ou du Paris-Nice, dont la dernière étape vient d’être annulée. RMC rediffuse PSG – Dortmund en l’accompagnant par des talkshows et la rediffusion du documentaire « PSG, souvenirs d’Europe ».

À cette stratégie de télévision que nous qualifions de rattrapage s’oppose une logique patrimoniale : Canal + sport propose des matches de rugby plus anciens comme les test matches 2017, les phases finales du top 14 2013 ou 2015 tandis que l’Équipe TV programme des Championnats du monde de biathlon de 2016.

Cependant, le confinement avançant, la stratégie de rattrapage perd en pertinence et les chaines adoptent une logique que l’on peut qualifier de documentarisante. Les compétitions diffusées sont plus anciennes ou, dans le cas de RMC, remplacées par des magazines et des documentaires tels que Comme Jamais ou Transversales. Le flux de l’actualité plus ou moins proche est alors remplacé par une mise en perspective : Eurosport diffuse des programmes comme Home of the Olympics, ou Comment ça marche qui s’attachent aux stratégie et pratique du football.

Vers la participation des téléspectateurs

Le choix des émissions et compétitions rediffusées alors confinent au florilège : « matches de légende », « grandes finales », ou encore étapes de montagne du Tour de France, rétrospectives – les Grand Prix sur Canal + Sport. Les émissions patrimoniales comme Home of the Olympics reposent également sur le choix de ce qui « mérite » de figurer dans ces anthologies. S’appuyant sur une logique de sélection et de compilation – Le grand zap US, Le zapping, Zap sport – les chaines thématiques se rapprochent ici de la télévision de flux. Extrêmement présent sur les chaines thématiques, les best of peuvent constituer tant des rubriques d’émissions que des plages de la grille.

La situation de mars 2020 a poussé très loin cette logique, puisque les chaines proposent des best of d’émissions – Best of footissime, Best of Pas vu, Omar c’est foot, best of – formats aussi peu onéreux qu’autopromotionnels. Bein sport mettra en place Bein Story qui voit les journalistes retracer les « grandes et belles histoires du sport » ; Eurosport associera ses émissions de best of tennistiques qui reprennent, ou des « temps forts » d’une compétition, ou ceux d’un joueur avec par exemple l’émission Playeurs cut. Ce principe peut être associé à une démarche participative avec You say we play, qui repose sur le choix des fans sur un thème : meilleurs moments, un joueur, etc. Technique de fidélisation du téléspectateur, au même titre que l’émission de libre antenne Allo bein, ces principes participatifs font écho à des contenus des rendez-vous domestiques comme le fitness sur Bein sport ou Canal + Sport. Dans le même ordre d’idée, les talkshows comme La presse d’Alex proposent une revue de presse de l’actualité du football durant la période de confinement, revenant notamment sur le calendrier des compétitions de Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue et coupes d’Europe, mais également sur les rumeurs de transferts.

Une programmation autour des temps forts du quotidien

La situation de confinement, avec une partie des téléspectateurs captifs en raison du chômage partiel et la restriction des sorties, a engendré une forme de relâchement dans l’organisation quotidienne à laquelle les chaines ont dû s’adapter : certains spectateurs ne travaillent pas, surtout durant la première partie de la période, alors qu’une autre partie du public était astreinte à des horaires de télétravail.

Les chaines ont donc maintenu une structuration sociale du temps : les émissions de fitness sont programmées à des horaires matinaux, les talkshows sont diffusés le soir et les matches de légende restent en prime time. Cette organisation est également observable par la diffusion de magazines et émissions de best of aux horaires correspondant aux coupures de midi et du soir. Même si les choix sont variables, toutes les chaines structurent leur grille sur les rythmes quotidiens.

En l’absence de compétitions et avec des téléspectateurs limités dans leurs sorties le week-end, les chaines privilégient une structure de programmation quotidienne plutôt qu’hebdomadaire comme elles le font habituellement. Par ailleurs, elles recourent aux mêmes recettes de programmation que les chaines généralistes qui ont largement opté pour des films populaires, tels que ceux mettant en scène Louis de Funès amplement diffusés lors des primes times. De leur côté, les chaines de sport ont choisi des programmes rassembleurs tels que le parcours vainqueurs de l’équipe de France de football en Coupe du Monde.

Attacher le téléspectateur à la chaine

Les rendez-vous servent également de point d’entrée pour une succession de plages horaires de la journée, espérant que le public passe de l’une à l’autre. Les grandes plages thématiques peuvent prendre trois formes différentes :

  • La rediffusion extensive d’épreuves récentes comme la Coupe du monde de ski sur Eurosport ou plus anciennes comme des demi-journées consacrées aux test matches de rugby sur Canal + Sport ;
  • la juxtaposition sur la grille des différents épisodes d’une même compétition, par exemple les 4 premières épreuves de la Formule E 2020 sur Canal + Sport, l’intégralité du Paris-Nice sur Eurosport ; ces diffusions en bloc pouvant aller jusqu’à enjamber la coupure du programme nocturne ;
  • la mise en place de séquences thématiques qui alternent entre des matches et des émissions associées : la grille de Canal + Sport est structurée autour des sports mécaniques avec le Grand Prix moto / un documentaire sur les sports mécaniques / un retour sur l’année du Grand Prix moto/rallye, etc.

Ces trois structurations favorisent à la fois le binge watching ou visionnage boulimique, et encouragent le feuilletonnage. En effet, en plus de ces grandes plages horaires, les chaines diffusent des épisodes autonomes sur des plages horaires récurrentes et plus limitées. C’est le cas de certains magazines sur Eurosport ou de différents épisodes de franchises cinématographiques sur l’Equipe TV. Il faut noter également les diffusions de flot : par exemple, les étapes du Tour d’Espagne sur Eurosport sont programmées en access prime time et les matches de la CAN 2019 sur Bein sport sont diffusés à 7 h du matin.

Une structuration du temps social

Ces types de programmation ne visent pas la continuité mais présente un ensemble plus fragmenté. La cohérence est construite non pas sur la chronologie, mais sur des critères de spectacularité et d’attractivité, principe des Highlights, ces compilations des meilleurs moments des matches diffusées sur les réseaux sociaux.

Ainsi, la programmation est dite sociale car elle repose sur des hypothèses quant aux centres d’intérêt supposés des téléspectateurs de sports masculins et populaires tels que le cyclisme ou le football, ou encore d’évènements sportifs, mais aussi sur la structuration de leur journée. Elle calque la temporalité de la chaine sur l’organisation quotidienne, et la période du confinement n’a pas fait exception à la règle, tant sur le plan de la sélection des programmes que sur leur organisation.

Ainsi, la grille est beaucoup plus structurée durant cette période et suit les recettes de la programmation des chaines généralistes en se transformant en télévision de rendez-vous, adoptant même un rôle de structuration du temps social.

Conclusion

La période spécifique à la crise du Covid 19 a montré que le sport peut être consommé sur un mode qui n’est pas obligatoirement celui du direct, mais plutôt celui du direct récent, similaire à la lecture de la presse spécialisée qui propose des comptes rendus et commentaires des compétitions. La rediffusion allonge le cycle de vie des retransmissions du récit sportif et permet, à l’instar du zapping, de « remonter le temps ».

Mais la nature des programmes a également son importance. Une compétition de prestige, à forts enjeux affectifs sera prioritairement consommée en direct et également sur la durée, comme le montre la multidiffusion et la rediffusion de PSG-Dortmund sur deux chaines de sport en parallèle ou les émissions de zapping, de plus en plus présentes sur les chaines de télévision sportive.

Les télévisions sportives sont donc encore plus dépendantes de l’évènement que du direct. En effet, ce sont les compétitions à forte charge évènementielle, suscitant un engagement important, qui sont rediffusées et aussi (re)commentées lors de ces périodes d’arrêt comme on les a connues lors de la crise covid 19.


  • Bertrand G., De Gournay C., Mercier P.-A., 1998, « Le Programme Global », Réseaux, N°32, Vol. 6.
  • Beuscart J.-S., Beauvisage Maillard S., 2012, « La Fin De La Télévision ? Recomposition Et Synchronisation Des Audiences De La Télévision De Rattrapage », n° 175, Vol. 5.
  • Lochard G., Soulages J.-C., 1998, La Communication Télévisuelle, Paris : Armand Colin.

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND
Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/
Crédits images en CC : Freepik, Flaticon, Smashicons, Konkapp

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Médias

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Valérie Bonnet (1 juillet 2024). Chaines sportives : la dure loi du direct en temps de Covid. Mondes Sociaux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wss


Valérie Bonnet

Université Toulouse 3, LERASS (valerie.bonnet@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search