Les pionnières du surf XXL

  Pour les jeux olympiques de Paris 2024, l’épreuve de surf se tiendra sur le mythique spot tahitien de Teahupoo ; selon la charte Olympique, femmes et hommes sont autorisés à participer ; pourtant, jusqu’à très récemment, les femmes n’avaient pas le droit de concourir sur cette célèbre vague, jugée trop dangereuse pour elles. 

En réalité, les performances des femmes rivalisent avec celles des hommes, et à travers l’exemple du surf de vagues géantes, les chercheuses en sciences humaines Anne Schmitt et Anaïs Bohuon ont examiné la question des catégories de genre dans le sport, dans un article intitulé “Et si le surfeur des plus grosses vagues au monde était une femme ?” publié dans Politix en 2021.

En retraçant le parcours de 5 célèbres surfeuses et pionnières du surf XXL comme Justine Dupont ou Bianca Valenti, l’article montre comment les performances remarquables de ces femmes ont pu surpasser celles de plusieurs de leurs homologues masculins et leur permettre d’intégrer cette discipline traditionnellement dominée par les hommes, mais à un certain prix.

Le surf XXL, considéré comme l’une des disciplines les plus prestigieuses du surf, a longtemps exclu les femmes en raison des préjugés et des normes de genre. De plus, les sponsors ont souvent encouragé une image conventionnelle de féminité, contredisant les exigences physiques du surf de haut niveau. Les autrices expliquent comment les corps des surfeuses ont été soumis à des attentes contradictoires : d’une part, un idéal de féminité et, d’autre part, la nécessité d’un corps musclé et performant pour exceller dans ce sport.

Pourtant, ces surfeuses ont remis en question la division stricte des rôles et des capacités en fonction du sexe, en prouvant que les femmes peuvent également exceller dans des conditions extrêmes de surf. Mais les interprétations genrées de leurs exploits et la persistance des catégories de sexe continuent de renforcer une séparation. Schmitt et Bohuon argumentent que cette bi-catégorisation sexuée dans le sport, qui repose sur des différences supposées “naturelles”, est en fait une construction sociale réifiée par les institutions sportives.

En conclusion, l’article démontre que les surfeuses de grosses vagues, en défiant les normes de genre, non seulement repoussent les limites de la performance sportive féminine mais aussi remettent en question les fondements mêmes de la catégorisation sexuée dans le sport. Ainsi les chercheuses questionnent à travers cet exemple la division genrée en général, rappelant que celle-ci existait également à l’école ou au travail il n’y a pas si longtemps et démontre que cette division n’est pas forcement plus valable qu’une autre.



Fiche technique :

Écriture, réalisation et montage : Manon Jack (Les Ethnochroniques)

Musiques : Novael – Freshness Vlog/Mirage-KV

Durée : 13 min 53


Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : licence CC BY-NC-ND

Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/

Crédits images de mise en avant en CC : Paul J., Flaticon, Freepik

 

Retrouvez d’autres articles dans la rubrique Avides de recherche


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Manon Jack (1 juillet 2024). Les pionnières du surf XXL. Mondes Sociaux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wst


Manon Jack

Animatrice de la chaîne YouTube "Les EthnoChroniques"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search