Le tourisme au Maghreb à la période coloniale : un objet d’histoire futile ?

J.H.Derche, PLM L'hiver, le printemps au Maroc - Fez Bab Mabrouk (1929)

J.H.Derche, PLM L’hiver, le printemps au Maroc – Fez Bab Mabrouk (1929)

Travailler sur le tourisme, passe encore. Le thème a aujourd’hui, avec ses corollaires comme l’étude des loisirs et des vacances, trouvé sa place parmi les champs de l’histoire. Mais travailler sur le tourisme en situation coloniale, est-ce vraiment sérieux ? La domination impériale a généré tant d’injustices, d’iniquités et de violences qu’on peut considérer le tourisme comme un épiphénomène dont l’analyse n’ajoute rien à la compréhension des sociétés concernées.

Par ailleurs, pourrait-on nous objecter, les géographes et les sociologues qui, depuis de longues années, se sont intéressés au phénomène touristique, considèrent que celui-ci démarre avec les années 1960, voire après, au moment où se met en place une économie du tourisme de masse. Alors, pourquoi s’entêter à traquer le touriste dans l’Algérie du XIXe siècle, ou au Maroc et en Tunisie des années 1920 ?

 

William Klein Tatiana and Marie Rose Camels Picnic Morocco 1958

William Klein Tatiana and Marie Rose Camels Picnic Morocco 1958

Traquer le touriste en situation coloniale

TOURISME 1

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les raisons en sont toutes simples. On soulignera tout d’abord que les sociétés coloniales, comme toutes les sociétés, sont des structures complexes qu’il faut analyser en leur totalité. Le tourisme a fait partie du monde colonial, il y a même trouvé une place assez importante. Ensuite, on se permettra d’avancer que le tourisme de masse, en Europe comme ailleurs, a été précédé d’un tourisme élitiste, aristocratique et bourgeois qui, bien que minoritaire, a suscité l’apparition d’un secteur économique, transformé certaines villes et hanté l’imaginaire collectif de millions de personnes. Ainsi, avant de devenir, à partir des années 1960 une grande station balnéaire, Hammamet (Tunisie) avait été conçue au tournant du XXe siècle pour devenir une ville d’hivernage.

Nous sommes donc partis en 2003 sur ces fragiles présupposés pour nous lancer à l’attaque de ce continent inexploré qu’était, il y a une dizaine d’années, l’histoire du tourisme à la période coloniale au Maghreb.

Le « nous » inclut des chercheurs français et tunisiens. Il nous paraissait en effet important de mener cette enquête de manière conjointe, de part et d’autre de la Méditerranée. Les premiers travaux ont été entrepris par des étudiants de l’Université du Mirail devenue Jean-Jaurès et de la Manouba à Tunis. Un colloque qui s’est tenu en 2006 à Toulouse a permis de poser les jalons d’une histoire à bâtir et fait émerger les premiers résultats. Une thèse sur le tourisme en Tunisie coloniale a été soutenue à Tunis. Colette Zytnicki a rédigé un ouvrage sur le tourisme en Algérie des années 1850 à 1962. Depuis 2011, fonctionne également un séminaire itinérant sur la question connexe des liens entre tourisme et patrimoine au Maghreb dont les résultats seront publiés en divers volumes dans les années à venir.

 

Douze ans plus tard, que peut-on dire sur la question ? Notre ambition était, dès l’origine, de ne pas réduire le tourisme à ses aspects culturels, comme l’étude des guides, des affiches et des récits de voyages, mais d’en faire une histoire « totale », osons le terme. Le tourisme a en effet généré des politiques engageant des acteurs publics, privés et une économie. De là vient notre souci de mettre l’accent sur le jeu des acteurs concernés.

Affiche du film Lyautey, bâtisseur d'Empire, René Lucot, 1946

Affiche du film Lyautey, bâtisseur d’Empire, René Lucot, 1946

Les autorités coloniales comprennent assez vite, au tournant du XXe siècle, tout le parti qu’ils peuvent tirer du tourisme transformé en caisse de résonance de « l’œuvre française ». Les voyageurs doivent rapporter de leur périple le souvenir de l’action « positive » de la France dans ces régions. C’est pourquoi, tant les Gouverneurs généraux de l’Algérie que les Résidents de Tunisie et surtout Lyautey, au Maroc, suivent de près les dossiers concernant le tourisme. En cela, les militaires jouent un rôle cardinal dans la mise en tourisme du Sahara. Au-delà du cercle politique, gravite celui des édiles et des hommes d’affaires locaux qui flairent dans le tourisme une activité d’avenir. Certains lotissent leurs terres en bord de mer et font surgir des stations balnéaires, comme à Fort-de-l’Eau ou à Bouisseville en Algérie. D’autres se lancent dans la construction d’hôtels. Enfin, les puissantes compagnies de transport jouent un rôle fondamental. Parmi, elles, il faut faire une place à part à la Compagnie Générale Transatlantique qui, comme ses rivales, a lancé l’idée des billets circulaires à travers l’Algérie dès les années 1880 et les circuits automobiles dans les années 1920. Sa filiale, la Société des Voyages et des Hôtels Nord-Africains a construit 44 hôtels de luxe à travers tout le Maghreb. Y compris en plein Sahara !

Des hiverneurs de la Belle Epoque aux touristes en short

Toutes ces fées réunies autour de son berceau ont-elles permis au tourisme de se développer ? La réponse est nuancée. On peut affirmer que le tourisme mis en place dès la fin du XIXe siècle a contribué à fixer la carte touristique des régions considérées. Il n’y a qu’à comparer un Guide bleu de la période avec son homologue contemporain. Le Maghreb a attiré un nombre non négligeable de touristes et depuis fort longtemps. Outre les voyageurs célèbres, on peut ajouter les hiverneurs qui venaient passer la saison froide sur les hauteurs d’Alger, à Mustapha supérieur ou dans la banlieue de Tunis. Biskra fut dans les années 1890, mise en valeur par des sociétés capitalistiques locales, une destination prisée dans tout la Jet Set de l’époque.

Helmut Newton UK Vogue May 1967

Helmut Newton UK Vogue May 1967

Après ce tourisme élitiste qui marque le pas après la Première Guerre mondiale, se développe un tourisme plus bourgeois dans l’entre-deux-guerres. Après 1945, au Maghreb comme ailleurs, on essaie de développer le tourisme populaire, les « touristes en short », amenés dans la région par des organisations comme Tourisme et Travail. Notons l’importance du tourisme saharien qui prend son essor dans l’entre-deux-guerres, soutenu par les autorités politiques au moment où se met en place la route qui relie les deux parts de l’empire français en Afrique. Jalonnée d’hôtels, celle-ci devient un élément clé dans la politique impériale française des années 1930 et reprend même force et vigueur, en pleine guerre d’Algérie, au moment où le désert se couvre de complexes pétroliers.

Mais le tourisme ne se nourrit pas seulement de voyageurs extérieurs au pays. Il est également formé des touristes autochtones. L’Algérie, relative colonie de peuplement, a vu se développer une culture de la randonnée parmi ceux que l’on appelait les Français d’Algérie. Et c’est de plus en plus sur eux que comptent les différentes institutions pour voir se développer le tourisme. Il faut aussi ajouter les membres des élites locales qui, par exemple, ont rejoint le Touring Club algérien au début du XXe siècle. Avant la Grande guerre, on a commencé à créer en Tunisie des centres de vacances pour les fonctionnaires français dans des paysages et des lieux rappelant la métropole comme à Ain Draham, à la fois pour leur permettre de se « régénérer » et pour les encourager à passer leurs vacances dans la colonie.

À partir des années trente, les Tunisois, musulmans et juifs, suivent le mouvement. Ils quittent la ville en été pour rejoindre les plages à Hammam-Lif ou à La Goulette, ou prendre les eaux à Korbous. Voilà un aspect de notre travail qui est passionnant et en cours de défrichement : l’impact du tourisme sur les populations locales, en termes d’intégration dans le processus (comme touristes, guides, hôteliers, etc.), mais aussi sur leurs représentations. Enfin, le tourisme entretient des rapports étroits avec le mouvement de patrimonialisation qui s’affirme dès la fin du XIXe siècle. On protège les sites archéologiques, si nombreux au Maghreb et les villes anciennes pour les offrir dans toute leur beauté aux touristes. Alger puis Tunis et les cités impériales du Maroc (Lyautey y veille tout particulièrement dès 1912) sont ainsi figées dans le passé. Le paysage urbain de Tunis est sauvegardé par le projet de l’architecte Valensi (1920), ainsi que celui de la petite ville voisine de Sidi Bou Said où résidait le baron Erlanger.

Le tourisme, loin d’être un élément superficiel, est inscrit au cœur de la situation coloniale. Il permet de justifier la présence impériale, il contribue à remodeler paysages urbains et ruraux, il peut accroître même les tensions. Par ailleurs, le tourisme au Maghreb connaît, pour l’Algérie du moins, les mêmes étapes de développement qu’en Europe. Plus encore, dans le système impérial où s’inclut le tourisme, les idées circulent d’un point à l’autre, des réseaux s’établissent, réseaux politiques de fonctionnaires français qui vont d’un point de l’empire à l’autre ou les syndicats d’initiative organisés au niveau du Maghreb, réseaux économiques constitués par ces grandes sociétés de transport.

  • Zytnicki C., 2014, « De la place-forte à la capitale des hiverneurs : l’invention de Biskra en ville touristique (1844-1939) » , in  Les villes maghrébines en situations coloniales, Paris/Tunis : L’Harmattan/IRMC.
  • Zytnicki C., 2013, « ‘Faire l’Algérie ‘agréable’. Tourisme et colonisation en Algérie des années 1870 à 1962», Le Mouvement Social, n°242, 97-114.
  • Zytnicki C.,  2013, « Faire son ‘métier’ de touriste dans l’Algérie coloniale de la Belle Époque », Périples au Maghreb. Voyages pluriels de l’Empire à la postcolonie XIXe-XXIe siècle, in Le Houerou F., dir., Paris : L’Harmattan, 25-44.
  • Kazdaghli H., 2009, « L’Entrée du Maghreb dans les circuits du tourisme international : le rôle précurseur de la Compagnie Générale Transatlantique », in Zytnicki C., Kazdaghli H., dir., Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (XIXe-XXe siècles), Paris : SFHOM, 205-216.
  • Kazdaghli H., 2006,  « L’exploration touristique de la Tunisie au début de l’établissement du protectorat français », in Pour une histoire du tourisme au Maghreb, XIXe-XXe siècles, Revue Tourisme, n° 15.
TOURISME 2

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédit image en bandeau : CC  Alan.
Téléchargez l’article

 


Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli

Colette Zytnicki (FRAMESPA, colette_zytnicki@yahoo.fr) et Habib Kazdaghli (Faculté des lettres et des humanités de Manouba, habib.kazdaghli@yahoo.fr)

More Posts

Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli

Colette Zytnicki (FRAMESPA, colette_zytnicki@yahoo.fr) et Habib Kazdaghli (Faculté des lettres et des humanités de Manouba, habib.kazdaghli@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Hugues de Bazelaire dit :

    Il y a des antécédents, en métropole comme ailleurs, en Egypte au XIXème siècle, par exemple, de tourisme des élites. Deauville, créée par Morny, Cabourg, et bien d’autres villes neuves comme Nice, Cannes, pour les anglais et les russes, sont des lieux de loisirs balnéaires, équestres, de casinos, où l’argent coule à flot.

  1. 09/10/2015

    […]   […]

  2. 19/01/2017

    […] L’état des lieux. Terminale Bac Pro – Les Etats-Unis et le monde de 1917 à 1989. G12. Aménager le territoire. Le tourisme au Maghreb à la période coloniale : un objet d’histoire futile ? – Mondes Sociaux. […]

  3. 24/09/2017

    […] Fiche technique Film Recherche. Laboratoire de recherche UMR Dynamiques Rurales Réalisateur. Le tourisme au Maghreb à la période coloniale : un objet d’histoire futile ? – Mondes Sociaux. J.H.Derche, PLM L’hiver, le printemps au Maroc – Fez Bab Mabrouk (1929) Travailler sur le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *