La franc-maçonnerie, un objet délaissé par les sciences humaines et sociales ?

600px-Freemasonry_Barnstar

CC Wikimedia Commons Eric Cable

La franc-maçonnerie est un objet de recherche particulièrement riche pour les sciences humaines et sociales. Tout d’abord, parce que cette organisation s’est dotée d’une multitude de rites (Français, Ecossais Ancien et Accepté, Ecossais Rectifié, Emulation, de Misraïm…) et qu’elle est composée de nombreuses obédiences, aux sensibilités philosophiques et politiques différentes. L’Hexagone compte ainsi des obédiences telles que le Grand Orient de France, la Grande Loge Nationale Française, la Grande Loge de France, la Grande Loge Féminine de France, la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra, le Droit Humain…

Preuve concrète de cette diversité, le Grand Orient de France, né en 1773, réunit plus de 50 000 membres, répartis dans 1275 loges. Se voulant résolument progressiste, il intervient régulièrement dans les débats de société et ses membres se situent majoritairement à gauche, sur l’échiquier politique. La Grande Loge Nationale Française, fondée en 1913, est plus traditionaliste et davantage orientée vers la spiritualité ; influencée par la maçonnerie anglo-saxonne, dite « régulière » parce qu’elle est reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre, elle se refuse à initier les femmes, contrairement au Grand Orient de France, qui accepte le principe de la mixité depuis 2010. La Grande Loge Féminine de France, quant à elle, est née en 1952 et n’initie pas les hommes…

 

Ensuite, parce que l’organisation maçonnique se distingue par la variété des champs thématiques qu’elle traverse et des questions qu’elle suscite. On pourrait d’ailleurs la considérer comme un « fait social total », au sens où Marcel Mauss entend cette expression , c’est-à-dire un système composé d’éléments de différente nature mais reliés entre eux, et qu’il convient donc d’appréhender de façon globale et interdisciplinaire, en prenant en compte les interactions qui s’y jouent.

CC Flickr Ben Scicluna

CC Flickr Ben Scicluna

Un objet interdisciplinaire et pourtant peu exploré

Il soulève des problématiques relevant aussi bien de l’histoire (origines, emprunts culturels et invention d’une tradition propre, évolution des obédiences et des rites…), de l’anthropologie et de la sociologie (efficacité des mythes et des pratiques rituelles, modes de recrutement des futurs initiés, sociabilité fondée sur le secret, l’entre-soi et la fraternité…), que de la philosophie (schèmes de pensée ternaires invitant à un dépassement des oppositions dualistes, approche constructiviste de la réalité, quête d’une connaissance de type gnostique…) ; mais aussi de la psychologie (mécanismes psychologiques à l’œuvre dans le processus initiatique), de la sémiotique (production de signes verbaux et non-verbaux singuliers), des sciences de l’éducation (forme d’apprentissage reposant principalement sur une méthode inductive et un travail herméneutique), ou des sciences de l’information et de la communication, ce dont nous donnerons un aperçu dans cet article.

CC Flickr Double-M

CC Flickr Double-M

Cet objet de recherche est d’autant plus intéressant pour un chercheur qu’il demeure encore peu exploré au sein de l’Université. En effet, alors que le phénomène religieux est étudié depuis fort longtemps par des anthropologues et des sociologues et enseigné à l’Université, le phénomène maçonnique, a contrario, est quasiment absent du paysage académique, sauf en histoire où il est davantage présent, du moins au niveau des thèses. Bien qu’il soit difficile de saisir les causes de ces lacunes, on peut supposer que la réputation quelque peu sulfureuse dont souffrent les francs-maçons et l’image caricaturale, souvent peu élogieuse, qu’en donnent les médias – à commencer par les marronniers des grands hebdomadaires –, ne sont pas étrangères à ce désintérêt relatif des chercheurs.

En ce qui nous concerne, nous avons fait le choix d’analyser la franc-maçonnerie dans une perspective communicationnelle. Ce champ a retenu notre attention dans la mesure où il met en place des codes, des outils, des procédés et des systèmes de communication particuliers, distincts de ceux qui sont en vigueur dans la société. Les modes de communication maçonniques peuvent être examinés au moins aux niveaux interpersonnel et institutionnel.

Les modes de communication interpersonnels

Les décrire et les comprendre suppose que l’on pénètre le microcosme que forme la loge et que l’on se pose des questions du type « comment les francs-maçons communiquent-ils entre eux, notamment lorsqu’ils sont encadrés par le rituel, durant leurs ‘tenues’, autrement dit leurs réunions » ?

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Nous avons étudié, par exemple, le procédé de triangulation en vigueur dans nombre de rites maçonniques et qui régule la prise de parole durant une tenue. Ce procédé interdit aux francs-maçons de s’adresser directement à un autre franc-maçon. Celui qui souhaite s’exprimer doit demander l’autorisation au Vénérable Maître qui préside et dirige les « travaux » via une tierce personne, ayant fonction de Premier Surveillant ou de Second Surveillant, selon les cas. Cette médiation, manifestée au plan spatial puisque la position du Vénérable Maître et des deux Surveillants forme un triangle, vise à pacifier les débats et à construire « la concorde » entre les membres de la loge, nul ne pouvant parler intempestivement et encore moins couper la parole à un pair en cas de désaccord ; elle s’explique également par l’approche ternaire qui habite la philosophie maçonnique, soucieuse de dépasser la vision dualiste du monde (monde sensible/monde intelligible, esprit/corps, raison/imagination…) que le platonicisme et le cartésianisme, notamment, ont contribué à forger en Occident.

CC Flickr Patrick Hoesly

CC Flickr Patrick Hoesly

La triangulation propose ainsi des modèles de vivre-ensemble alternatifs et des représentations mentales affranchies des catégories logiques figées, que favorisent par exemple le fameux principe de non-contradiction affirmé par Aristote ou encore les schémas, images et techniques de communication binaires. Elle se manifeste également à travers la posture corporelle du franc-maçon, qui met ses pieds, ses bras et ses mains en équerre lorsqu’il est « à l’ordre », ou encore à travers la symbolique maçonnique (symboles représentant un triangle, comme le delta lumineux situé à l’orient du temple). Ces postures, gestes et symboles sont autant de moyens que la franc-maçonnerie a élaborés afin de placer ses membres dans un état d’esprit et des situations communicationnelles différentes, capables de transformer leurs points de vue et habitudes comportementales.

Le silence auquel est soumis tout apprenti maçon après son initiation, et qu’il doit observer pendant une période pouvant s’étaler sur une ou deux années, témoigne également de cette communication singulière. Directement lié à la culture du secret inhérente à la franc-maçonnerie, et dont le sociologue Georg Simmel a montré qu’il est un facteur de cohésion au sein d’un groupe, le silence de l’apprenti a de multiples fonctions. Il est à la fois un moyen d’introspection pour le néophyte qui doit apprendre à mieux se connaître, à écouter sa voix intérieure et à tenter une reconstruction identitaire, une invitation à cultiver la patience et la pondération en réprimant les interventions irréfléchies, mais aussi à écouter l’autre, ou encore à prendre conscience que certaines vérités sont indicibles.

  • Simmel G., 1996, Secret et sociétés secrètes, Belval : Editions Circé.

Les dimensions institutionnelles de la communication maçonnique

On s’interroge ici, par exemple, sur les manières dont les obédiences, les regroupements interobédientiels et leurs représentants officiels communiquent – ou ne communiquent pas – vis-à-vis de ce que les francs-maçons appellent « le monde profane », notamment les publics et les médias. Il n’est pas sans intérêt d’étudier les évolutions communicationnelles que connaissent les obédiences depuis la seconde moitié du XXe siècle et les enjeux qui amènent ces bouleversements majeurs : sous le poids croissant de ce quatrième pouvoir que sont les médias, ces institutions abandonnent progressivement leur position de repli marquée par le mutisme pour adopter une politique d’extériorisation offensive. Elles justifient cette évolution par le souci d’informer les publics, d’expliquer aux profanes ce qu’est la franc-maçonnerie en essayant de combattre les fantasmes et préjugés qu’elle peut susciter. Se multiplient ainsi les émissions radiophoniques, les interviews de Grands Maîtres dans la presse et sur des plateaux de télévision, les revues destinées à tous (comme Franc-Maçonnerie Magazine) et non plus seulement réservées au cercle des initiés, les expositions et les conférences publiques, etc.

CC Flickr Travis Nep Smith

CC Flickr Travis Nep Smith

Plus récemment, Internet a apporté son lot de bouleversements auprès des francs-maçons et de leurs obédiences. Car outre les sites officiels que ces dernières affichent désormais sur la Toile et qui entrent dans une stratégie de communication institutionnelle plutôt bien maîtrisée, se développent quantité de forums et de blogs, où des initiés parfois peu respectueux du principe de discrétion qui a longtemps prévalu, dévoilent des affaires internes et se livrent à des guerres fratricides qui ne peuvent que ternir l’image de la franc-maçonnerie.

En interne comme en externe, la franc-maçonnerie demeure donc un objet de recherche à déchiffrer, que ses mutations actuelles tendent par ailleurs à complexifier…

  • Bryon-Portet C., Keller D., 2015, L’Utopie maçonnique. Améliorer l’homme et la société, Paris : Dervy.
  • Bryon-Portet C., 2012, « Franc-maçonnerie 2.0 : adaptations et dénaturations d’une culture rituelle dans le cadre des plates-formes participatives », Réseaux, vol.30, n°172, 115-139.
  • Bryon-Portet C., 2013, « Des diverses fonctions communicationnelles du silence en franc-maçonnerie », Critica Masonica, vol.1, n°2, juin.
  • Bryon-Portet C., 2010 « Les évolutions communicationnelles de la franc-maçonnerie : du mutisme à la médiatisation ? », Communication & Langages, n°164, 99-115.
  • Bryon-Portet C., 2010, «  Etude sémiotique d’une communication fondée sur la contextualisation et les processus : du rôle des représentations symboliques et pratiques rituelles de la franc-maçonnerie », Nouveaux Actes Sémiotiques, n°112, février.
  • Bryon-Portet C., 2009, « Le Principe de triangulation dans les rites maçonniques : un mode de communication original et ses effets », Communication, vol.27, n°1, 259-277.

Crédits images à la Une : CC Wikimedia Commons Barberousse24
Téléchargez l’article

Céline Bryon-Portet

LERASS (celine.bryonportet@ensiacet.fr)

More Posts - Website

Céline Bryon-Portet

LERASS (celine.bryonportet@ensiacet.fr)

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Arnaud dit :

    Les commentaires sont passionnants ! Ils disent beaucoup pour qui s’intéresse au monde académique : on voit des universitaires, spécialistes d’un sujet un peu périphérique, qui se disputent, se justifient, pour savoir qui cite qui et pourquoi l’un ne cite pas l’autre…

    Alors, outre les grands oeuvres de Cécile Révauger et Céline Bryont-Portet, citons, pour ne pas faire de jaloux, les travaux de Michel Maffesoli (sociologue bien connu), Stéphane François (politiste et historien), Thierry Zarcone (CNRS), Roger Dachez (plusieurs livres aux PUF), Marcel Bolle de Balle (un sociologue belge)… Et bien d’autres pourraient être cités encore !

    Mais certes, la FM est peu étudié d’un point de vue académique. Elle est victime de marronniers (et l’islam encore plus !).

    Cependant, on peut aussi remarquer une réticence des maçons – comme d’autres religieux et idéologues, d’ailleurs, d’un point de vue sociologique, on pourrait assimiler la FM à une religion – à accepter un regard critique sur eux. Les travaux de Cécile Révauger, notamment sur la FM américaine et les Noirs, se fondant sur la recherche anglophone, révèlent une volonté historiographie objective et critique. Cependant, le regard académique critique sociologique, sur la FM aujourd’hui, manque profondément (qui sont ses membres? d’où viennent ils ? les capitations sont elles socialement discriminantes? qu’en est il de la mixité des genres ? de la mixité sociale ? quel est l’âge moyen des franc-maçons ? quel est le profil des dignitaires en FM ?…).

    Et alors que Stéphane François s’est intéressé à une pensée traditionaliste (réactionnaire, souvent anti lumière) proche de la FM, il serait aussi intéressant de voir aussi combien la FM est aujourd’hui, en France, bien souvent proche de mouvances réactionnaires.

  2. Yaka Yaka dit :

    Si étude il y a, il serait intéressant de prendre en compte les forums « mixtes ( profanes et FM ) » , les blogues privés et les pages des réseaux sociaux animés par des maçon(ne)s « de la base ». Ils ont tous une approche différente pour parler de leur ordre et ( pour la plupart ) ne sont pas pilotés par leurs obédiences. De plus, ils ne se privent pas de dévoiler ce qui ne fonctionne pas en franc-maçonnerie dans l’espoir qu’un jour cela s’arrangera. C’est une autre forme d’ouverture au monde profane de manière moins officielle … mais n’oublions pas qu’un franc-maçon ( une franc-maçonne ) ne peut parler qu’en son nom et non au nom des autres vu que nous avons chacun notre vision et notre parcours.

  3. Cecile Revauger dit :

    Merci pour cet article qui fait le point sur le déficit de recherches sur la franc-maçonnerie en sciences de la communication. Naturellement ce déficit ne touche pas les sciences humaines telles que l’histoire, la philosophie, les langues, la sociologie: la franc-maçonnerie est devenue un objet de recherche depuis les années 1960 avec D. Ligou en particulier. Des contacts internationaux entre chercheurs ont permis de réelles avancées, telles que le Monde Maçonnique des Lumières (dictionnaire prosopographique codirgé par C. Porset et moi même, qui a réuni plus de cent spécialistes du monde universitaire, Paris Champion 2013, 3 vol). P.Y. Beaurepaire et moi même dirigeons actuellement plusieurs thèses sur la franc-maçonnerie, ce qui prouve bien la vitalité des études universitaires sur la franc-maçonnerie. Sans compter tous les travaux d’Eric Saunier ou de nos collègues étrangers (A Prescott, L’Université Libre de Bruxelles, Jeffrey Tyssens et la Vrije Universität de Bruxelles, et naturellement Margaret Jacob, UCLA…A. Onnerfors, Jan Snoek etc impossible de rendre hommage à tous et toutes.

    • Céline Bryon-Portet dit :

      Chère Cécile, merci pour ton commentaire.
      Tu n’es pas sans savoir que je connais tes travaux, ceux de Pierre-Yves Beaurepaire, d’Eric Saunier, de Charles Porset, Daniel Ligou, Jan Snoek, et autres universitaires, puisque je les cite souvent dans mes ouvrages et articles, que tu as sans doute parcourus.
      Toutefois, outre le fait que cet article était principalement orienté vers les sciences de l’information et de la communication (discipline à laquelle j’appartiens), tout le monde s’accorde à reconnaître que la France accuse un certain retard, dans ses recherches autour de la franc-maçonnerie. Les universitaires ont commencé à s’y intéresser vers 1960, comme tu le rappelles toi-même, tandis que d’autres sujets de recherche (les phénomènes religieux notamment) sont abondamment étudiés par eux depuis le 19ème siècle au moins !
      D’ailleurs, en France, les universitaires travaillant sur la franc-maçonnerie se comptent à peu près sur les doigts des deux mains, toutes disciplines confondus… Si on prend d’autres sujets ou domaines de recherche (les religions, la publicité, les réseaux sociaux numériques…) on peut multiplier ce chiffre par 10, par 50 voire par 100 ! Le but n’était donc pas de dire que rien n’est fait mais qu’il n’est pas fait assez. Cela est très différent.
      Il y a toutefois des raisons d’espérer, les choses semblent sur le point de changer.

  4. Jean-Paul Révauger dit :

    Ce texte témoigne d’une regrettable méconnaissance des travaux consacrés à la maçonnerie par les chercheurs depuis plusieurs décennies. Il est exclusivement autoréférentiel, ce qui est un peu inquiétant. Le champ est immense, mais ce n’est pas une terre vierge, loin de là.

  5. Jim Nessdim dit :

    Euh… comment dire…
    Pas un seul mot sur les travaux de PY Beaurepaire, le spécialiste de l’histoire de la Franc-maçonnerie et uniquement des références aux travaux de l’auteur de l’article…

    Pas très sérieux ni très crédible et assez surprenant que Mondes sociaux ne soient pas plus attentifs à la qualité, la rigueur et la probité de ses publications récentes (je mets cela au pluriel car cela vient après un compte rendu du livre de S. Vabre (Toulousaine…) pour le moins complaisant, sans aucune critique ni réflexion, buts premiers d’une recension pourtant)

    • Cher Collègue,

      Il semble que vous vous méprenez sur la nature de Mondes Sociaux, ce qui n’a rien de surprenant puisque ce support éditorial est de création récente.
      Mondes Sociaux n’est pas une revue scientifique, mais un magazine de vulgarisation des SHS. Sa fonction principale est de mettre en visibilité auprès de larges publics des travaux de recherche déjà publiés dans des revues ou des ouvrages scientifiques et non de faire le tour d’une question ou d’un débat académique, état de l’art à l’appui. Ce compte-rendu (et non cette « recension » au sens académique du terme) de travaux peut être rédigé par leur auteur(e) -c’est le cas pour l’article de Céline Bryon-Portet- ou par un(e) autre chercheur(e) -cf. l’article sur la thèse de S. Vabre rédigé par C. Juilliet.

      En tout état de cause, il appartient au rédacteur d’expliquer ce que l’auteur(e) à l’origine des publications a entendu faire et d’expliciter en quelques lignes les résultats qu’il a obtenus… tout en renvoyant dans une très brève bibliographie aux articles ou ouvrages présentés qui, eux, sont beaucoup plus complets et explicites puisqu’ils ont été approuvés par un Comité de lecture. D’où l’impression d’autoréférentialité… qui s’estompe si le lecteur consulte les articles ou ouvrages originaires (ce qu’il n’est, bien entendu, jamais obligé de faire, mais qu’il peut faire grace aux liens hypertextes). Le tout dans un texte très court : 10 000 caractère espaces compris (format ‘standard » de la vulgarisation numérique : au delà, peu de personnes lisent, ce qui est regrettable).

      On peut effectivement discuter ce choix éditorial dicté par le seul souhait de faire connaître au-delà du monde académique des travaux qui, bien souvent, resteraient ignorés de publics plus larges. Nous sommes bien entendu « preneurs » de conseils sur d’autres « manières de faire » à condition qu’elles soient adaptées à la fois à la vulgarisation et au format numérique.

      Merci d’avoir pris le temps de lire certains de nos articles et de nous avoir adressé un commentaire.

      Bien cordialement
      Robert BOURE

    • Céline Bryon-Portet dit :

      Monsieur, l’objectif de cet article n’était pas de faire un état des lieux de tous les travaux menés en SHS sur la franc-maçonnerie mais de souligner un retard par rapport à d’autres thèmes de recherche puis d’évoquer les travaux que je mène personnellement dans le champ des sciences de l’information et de la communication, ou quasiment rien n’a été fait !
      Je m’en explique d’ailleurs dans les premières lignes de l’article : « En ce qui nous concerne, nous avons fait le choix d’analyser la franc-maçonnerie dans une perspective communicationnelle.  »
      N’étant pas historienne, je préfère ne parler que de ce que je connais le mieux et des avancées auxquelles j’ai essayé de contribuer dans mon propre champ disciplinaire, qui est, je le rappelle, les sciences de l’information et de la communication.
      En revanche, mes autres ouvrages et articles se réfèrent abondamment aux travaux de Pierre-Yves Beaurepaire (notamment), de Cécile Révauger et autres universitaires, dès lors que je m’appuie sur les résultats des recherches qu’ils ont menés. Il vous suffit de lire mes ouvrages « L’utopie maçonnique », Dervy, 2015, et « Sociologie des sociétés fermées », Montpellier, PULM, 2014, et de consulter les bibliographies finales de ses ouvrages pour vous en convaincre… On m’a même souvent reproché de trop mettre de citations et de trop me référer à d’autres auteurs dans ces livres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *