Santé et travail : nouvelles perspectives de recherche et d’action

doctor-40891_960_720

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

Dans notre société à hautes exigences sanitaires, il paraît pourtant acceptable que le travail fasse mal. Qu’il soit pénible, qu’il provoque souffrances, usure et pathologies dont témoignent le vieillissement différentiel et les écarts d’espérance de vie entre catégories socioprofessionnelles, qu’il soit dangereux (en France dix décès par semaine sont dus à des accidents de travail) : tous ces maux paraissent intrinsèquement liés au travail-même. Pourtant, de multiples événements manifestent une remise en cause de ce fatalisme : ne serions-nous pas à un moment de changement de posture ?

Les enjeux de santé au travail connaissent en effet depuis une dizaine d’années un renouveau notable, tant du point de vue de leur visibilité publique et médiatique (« affaires » de l’amiante ou des suicides liés au travail…) que dans la sphère politique et législative (plans Santé-Travail, réforme de la médecine du travail, réglementation sur la pénibilité dans le cadre de la réforme des retraites…).

8456188296_c28f171779_o (1)

CC Flickr Jean Pierre Gallot

Ces évolutions suggèrent que la santé au travail pourrait être en train de gagner le statut d’objet de santé publique, après une longue histoire marquée surtout par son confinement dans la sphère du travail et des relations professionnelles, et par la priorité donnée à la réparation plutôt qu’à la prévention. Cependant, l’écart entre les grandes orientations affichées et les pratiques effectives est encore immense. Pour une large part, la santé au travail reste conçue comme tributaire de lourdes contraintes économiques : la santé des entreprises l’emporte bien souvent sur la santé des travailleurs-ses, et les visées d’amélioration des conditions de travail s’effacent devant les objectifs de maintien des emplois.

  • Jansou P., Drulhe M., Dir., 2015, Santé au travail : pour une nouvelle dynamique. Constats et ouvertures, Toulouse : Octarès, Coll. Le Travail en débats.

 

ozenfoeznfoefnz

CC Flickr Florian Simeth

Mettre en commun les connaissances et les expériences

Face à ces constats, faut-il se résoudre à un fatalisme résigné et prendre acte aussi bien de l’impuissance des professionnels de la santé au travail (médecins et infirmières du travail, ergonomes, intervenants en prévention des risques professionnels…) que de l’inutilité des connaissances scientifiques, pourtant de plus en plus substantielles  ? L’ouvrage présenté ici voudrait montrer au contraire que des avancées sont possibles, que des outils existent, et que notamment par une collaboration étroite entre praticiens et chercheurs, il est possible de faire avancer la connaissance, la reconnaissance et la prévention des atteintes à la santé par le fait du travail.

CC Wikimedia Commons Nathalie Ruaux

CC Wikimedia Commons Nathalie Ruaux

Qu’ils soient universitaires ou professionnels de la santé au travail (sociologues, ergonomes, juristes, médecins du travail, membres des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail – CHSCT), les auteurs ont souhaité réunir un ensemble de réflexions, d’analyses et de témoignages, souvent issus de travaux menés en commun, pour rendre compte de pistes d’actions et développer des perspectives constructives en matière de santé au travail.

Pour comprendre la configuration actuelle de la santé au travail, il est important d’avoir en tête l’histoire de sa construction sociale, et en particulier sa place dans le compromis salarial qui structure notre Etat social. La loi fondatrice de 1898 sur l’indemnisation des accidents du travail, puis l’intégration des accidents et des maladies professionnelles au sein du système d’assurances sociales, ont d’emblée inscrit la santé au travail dans le modèle assurantiel de la réparation/indemnisation a posteriori. Si depuis quelques décennies, les ouvertures vers davantage de prévention sont bien présentes (principalement sous l’impulsion des législations européennes), si un ensemble de préconisations et de dynamiques dessinent le passage du « travail pathogène » vers un horizon de « bien-être au travail », il reste que ces objectifs sont largement remis en question par un ensemble de transformations du travail et de l’emploi inhérentes au néocapitalisme et à ses modèles productifs et managériaux  : intensification du travail, précarisation, néomanagement, sont autant de facteurs délétères pour la santé physique et mentale des individus au travail.

zfnezofnzeof

CC Pixabay frolicsomepl

Reconstruire la culture et les pratiques de santé au travail

Dès lors, quelles voies et quels moyens d’action sont disponibles pour les acteurs de la santé au travail ? Les propositions des auteurs de l’ouvrage se déploient dans trois directions ayant en commun de se saisir d’outils et de cadres existants pour se les approprier et les utiliser au mieux.

Il s’agit tout d’abord de « rénover » les pratiques des services de santé au travail, en considérant notamment leur récente réforme comme une occasion d’améliorer les actions menées et de redéfinir les rôles de chacun-e au sein d’équipes désormais pluridisciplinaires.

Il s’agit ensuite de tirer parti de l’obligation légale de sécurité de résultat (et non plus seulement de moyens) qui incombe aux employeurs, réactivée par les arrêts « Amiante » de la Cour de Cassation en 2002 qui ont mis en avant la notion de « faute inexcusable » de l’employeur. Si cette disposition avait une visée essentiellement réparatrice au départ, la jurisprudence l’a de plus en plus étendue en direction de la prévention. Les exemples présentés montrent bien que la voie judiciaire est aujourd’hui un levier puissant non seulement pour faire reconnaître des atteintes à la santé, mais aussi pour les prévenir en amont.

CC Pixabay

CC Pixabay

Enfin, il s’agit de mettre en oeuvre un ensemble d’outils et de dispositifs d’évaluation des risques et d’amélioration des conditions de travail, et cela de façon participative en mobilisant les collectifs de travail à tous les niveaux hiérarchiques. Ainsi, la stratégie SOBANE (Screening, OBservation, ANalyse, Expertise ) qui place les salariés au centre des approches préventives propose un cadre précis permettant aux entreprises, accompagnées par les services de santé au travail, de s’approprier la démarche d’évaluation des risques et de mettre en place des politiques de prévention efficaces et durables. Plus largement, l’évaluation des risques professionnels (ERP) est désormais obligatoire dans toutes les entreprises : les ergonomes disposent ainsi d’une excellente « porte d’entrée » dans l’analyse du travail réel, point de départ de toute démarche sérieuse d’amélioration des conditions de travail. Enfin, la mise en place d’espaces de débat sur le travail au sein des entreprises représente une autre voie d’action pour mettre le travail et son organisation en discussion collective.

Avec cet ensemble de réflexions et de témoignages appuyés sur des situations et des expériences concrètes, cet ouvrage montre qu’une autre conception de la santé au travail est possible. Sortir d’une vision fataliste, concevoir et opérationnaliser une réelle prévention des risques, mobiliser l’ensemble des acteurs et des disciplines concernés, mettre en œuvre de façon efficace et raisonnée un ensemble d’outils et de cadres réglementaires parfois sous ou mal utilisés, défendre l’idée que la santé des travailleurs n’est pas en opposition avec la santé des entreprises : tels sont les points fondateurs d’un changement de modèle que cet ouvrage contribue à défendre et à illustrer.

Crédits images à la Une : CC Youtube On Stress and Stress Culture

Valentine Hélardot

LISST-CERS (helardot@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Valentine Hélardot

LISST-CERS (helardot@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Bonjour,
    Votre article est intéressant, néanmoins, une inexactitude demeure : Il n’y a plus d’obligation de résultat par l’employeur dans sa politique de prévention des AT/MP depuis le 25 Novembre 2015. En effet, dans cet arrêt de la cour de cassation, les juges ont reconnu l’existence d’une obligation de moyens renforcée par laquelle l’employeur peut se justifier et s’exonérer de sa responsabilité en rapportant toutes preuves visant à démontrer que les moyens ont bien été mis en œuvre pour préserver la sécurité de ses salariés.

  1. 31/03/2016

    […] Source: sms.hypotheses.org […]

  2. 01/04/2016

    […] Dans notre société à hautes exigences sanitaires, il paraît pourtant acceptable que le travail fasse mal. Qu’il soit pénible, qu’il provoque souffrances, usure et pathologies dont témoignent le vieillissement différentiel et les écarts d’espérance de vie entre catégories socioprofessionnelles, qu’il soit dangereux (en France dix décès par semaine sont dus à des accidents de travail) : tous ces maux paraissent intrinsèquement liés au travail-même. Pourtant, de multiples événements manifestent une remise en cause de ce fatalisme : ne serions-nous pas à un moment de changement de posture ?  […]

  3. 15/04/2016

    […] n°145. 2016/03. > Santé et travail : nouvelles perspectives de recherche et d’action. Lire Hélardot V. Mondes sociaux – Magazine de sciences humaines et sociales. 2016/03. > 34e […]

  4. 19/04/2016

    […] …signé Valentine Hélardot, maîtresse de conférence en sociologie au laboratoire LISST-CERS de l’Université Toulouse Jean Jaurès et publié le 1er avril 2016 sur le site de la revue Mondes Sociaux. […]

  5. 27/04/2016

    […] Santé et travail : nouvelles perspectives de recherche et d’action. […]

  6. 31/10/2016

    […] Santé et travail : nouvelles perspectives de recherche et d’action […]

  7. 24/09/2017

    […] Depardieu et Renaud dans « Germinal » (1993) de Claude Berri. Santé et travail : nouvelles perspectives de recherche et d’action – Mondes Sociaux. CC Pixabay ClkerFreeVectorImages Dans notre société à hautes exigences sanitaires, il paraît […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *