Il était une fois la liburne automotrice…

Salut ! On est de retour pour une nouvelle livraison d’Avides de Recherche, l’émission présentant en vidéo les travaux de recherche en SHS. Et on en profite pour répondre à la fameuse question que chacun s’est un jour posée : qu’est-ce qu’une liburne automotrice ? Non, ne partez pas, on vous explique tout ! Une liburne est un navire antique qui avance grâce à un manège à bœuf activant des roues à aubes. Voilà. Ça va mieux maintenant ?

Bon d’accord, vous n’en aviez vraisemblablement jamais entendu parler ; vous ne voyez d’ailleurs pas trop son intérêt, et vous êtes même un peu dérouté de savoir que des universitaires travaillent sur le sujet. Alors quel intérêt me direz-vous ? En réalité, cette recherche est extrêmement novatrice : jusque là, la plupart des chercheurs s’accordaient à dire que le navire à roues à aubes n’existait que depuis XVIe siècle. Or, en analysant un traité antique en latin datant de la fin de l’Antiquité – le De rebus bellicis – et en recoupant les connaissances actuelles en matière d’histoire de la technique et de la technologie, Philippe Fleury et son équipe de recherche à l’université de Caen ont réalisé un modèle virtuel de la liburne. Ils prouvent ainsi que son existence était techniquement possible à la fin de l’Antiquité.

Vue générale de la liburne automotrice sur le Tibre (J. Maréchal, N. Lefèvre ; Dossier scientifique : Ph. Fleury, S. Madeleine)

Vue générale de la liburne automotrice sur le Tibre (J. Maréchal, N. Lefèvre ; Dossier scientifique : Ph. Fleury, S. Madeleine)

Leurs travaux permettent donc de se rendre compte qu’une technologie perçue comme récente est en réalité beaucoup plus ancienne ; ils contribuent ainsi à casser les clichés considérant l’Antiquité comme une période archaïque et technologiquement arriérée.

Avides de Recherche est une émission du magazine Mondes Sociaux. Son objet est de mettre en images et en voix des travaux de recherche en SHS dans des formes susceptibles d’intéresser des publics larges. Animée par Manon Bril, doctorante en histoire à l’UT2J, ce format propose des vidéos réalisées à partir d’articles publiés dans des revues scientifiques.

Ce deuxième épisode est donc consacré à l’article de Philippe Fleury, « La liburne automotrice du De rebus bellicis », publié au sein de l’ouvrage dirigé par le chercheur et ses collègues Catherine Jacquemard et Sophie Madeleine, La technologie gréco-romaine : Transmission, restitution et médiation, en 2015.

Fiche technique

  • Texte/voix : Manon Bril
  • Image : Jean Jimenez – Direction des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (DTICE)
  • Modélisation 3D : UniCaen – CIREVE
  • Musique : OTAM

Crédits image à la Une : Trois manèges de bœufs actionnent les roues à aubes par un système d’engrenages (J. Maréchal, N. Lefèvre ; Dossier scientifique : Ph. Fleury, S. Madeleine)

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Jacques Lamy dit :

    Un lien entre ce contexte technologique de la Liburne et celui mis en évidence par les récentes recherches sur les mécanismes mis en oeuvre dans les lieux de spectacles et amphithéâtre comme le Colisée ?

  2. Francois Pelatan dit :

    On voit bien ce que vous voulez dire, mais c’était où et quand ?
    merci

  3. MATHON dit :

    Bonjour!
    Votre travail est top et à du sens!
    Cordialement
    Cie Eggs Echo
    Paris et 05260 Chaillol

  1. 29/01/2017

    […] À lire ici : https://sms.hypotheses.org/7503 […]

  2. 26/09/2017

    […] Il était une fois la liburne automotrice… – Mondes Sociaux. Salut ! On est de retour pour une nouvelle livraison d’Avides de Recherche, l’émission présentant en vidéo les travaux de recherche en SHS. Et on en profite pour répondre à la fameuse question que chacun s’est un jour posée : qu’est-ce qu’une liburne automotrice ? Non, ne partez pas, on vous explique tout ! Une liburne est un navire antique qui avance grâce à un manège à bœuf activant des roues à aubes. Voilà. Ça va mieux maintenant ? Bon d’accord, vous n’en aviez vraisemblablement jamais entendu parler ; vous ne voyez d’ailleurs pas trop son intérêt, et vous êtes même un peu dérouté de savoir que des universitaires travaillent sur le sujet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *