L’intime dans les réseaux sociaux

CC Pixabay Johnhain

CC Pixabay Johnhain

Dans son ouvrage Raison, bonnes raisons (2003), le sociologue Raymond Boudon s’est intéressé aux « bonnes raisons » que les individus peuvent invoquer pour expliquer que leurs actions sont moins irrationnelles qu’il n’y paraît, mais obéissent à des rationalités que le chercheur doit révéler. Autrement dit, si leurs choix ne sont pas tous nécessairement rationnels, ils ont aussi de bonnes raisons pour agir comme ils le font.

Dans ma thèse soutenue en 2016, qui traite des pratiques de l’intime dans les réseaux sociaux, j’ai voulu chercher les bonnes raisons qu’ont les internautes de se livrer sur leur vie privée. Il me fallait pour cela dépasser les jugements hâtifs très négatifs qui les relèguent, entre autres, dans la zone trouble du narcissisme et me pencher sur les bénéfices espérés par ces nouveaux pratiquants de l’intime.

  • Lemeilleur S., 2016, L’expressivité de l’intime sur les dispositifs du web. Processus de la subjectivité et machinations contemporaines, Thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Bordeaux – Montaigne, Laboratoire MICA.

Nouvelles modalités d’existence

Tout d’abord, il m’a semblé nécessaire de faire le point sur l’évolution de nos manières d’habiter et de travailler et de m’interroger sur la manière dont l’une répond à l’autre en déployant des mutations du vivre et du vivre ensemble.

capture-decran-2016-11-30-a-15-37-13Nos façons d’habiter ont grandement évolué, parfois pour des raisons auxquelles on ne pense pas spontanément : par exemple, la porosité sonore de nos appartements et la disparition des cloisons nous offrent l’intime du voisinage. Plus symboliquement, le monde de l’entreprise empiète de plus en plus sur le temps libéré pour notre vie privée avec des soirées d’entreprise, des week-ends de cohésion d’équipe… Il y aurait comme une perméabilité diffuse de l’intime entre tous nos territoires existentiels. Plus encore, nos vies sexuelles sont soumises à l’austère liturgie des discours institutionnalisés tenus par le monde médical portant le vœu pieux de les développer pour notre bien-être. Ces derniers sont désormais incorporés dans les magazines – féminins pour l’heure – dans la rubrique « Sexo » qui prodigue de nombreux conseils pour un épanouissement sexuel optimal.

Toutes nos manières de vivre sont prises dans des discours de pouvoir qui sollicitent l’intime. Lors d’un changement de lieu de vie, de carrière ou de partenaire, les individus sont incités à s’interroger afin de se définir précisément pour eux-mêmes, mais aussi pour le reste de la société. Vais-je m’épanouir dans cette voie professionnelle ? Dans ce quartier ? Suis-je un.e bonne/bon amant.e pour ma/mon partenaire ? Lors d’un entretien annuel, un chef de service a demandé à un salarié quel est le problème dans sa vie personnelle qui expliquerait la baisse de ces résultats. Comme si l’intime devait être pensé, décortiqué, analysé au plus profond de lui-même pour trouver sa libération dans son expression. Il y aurait une injonction « tout dire pour être libre ». Ainsi d’une société réflexive qui s’examine, nous sommes passés à une société expressive du tout dire en espérant en être libérés.

Trois formes d’intime

À partir de ce constat, je me suis penchée sur l’analyse de contenu d’une centaine de profils Facebook et de sites de rencontres (Pointscommuns, Zoosk, Meetic), mais aussi d’un suivi des billets d’humeur sur quatre ans afin de comprendre quel intime se libérait dans ces espaces. J’ai ainsi pu dégager trois formes d’intime.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

La première dite « normée » s’exprime à travers la banalité, la quête de l’authenticité et la réactivation des mythes de l’amour. C’est par exemple évoquer sur un réseau social le fait de payer des impôts pour faire communauté avec ces autres qui en payent aussi. On assiste en outre à un lissage des souhaits de la relation amoureuse par la recherche de l’authenticité ; il faut tout se dire dans le couple pour être heureux et vivre l’épiphanie de la rencontre « on était faits pour être ensemble » : « si je suis capable de te montrer que je sais jouer l’intime normé, celui attendu par la société et que toi en retour tu es capable d’en faire autant, nous pouvons entrer en relation ». Cette réduction de notre singularité vers un lissage est au service d’une « altérité moyenne »- pour parler comme Henri-Pierre Jeudy – afin de diminuer la virulence de la rencontre et de pouvoir espérer faire lien. L’angoisse des liens dirige cette normalisation pour offrir l’établissement de relations que l’on pense plus sécurisées. C’est une des bonnes raisons qu’ont les individus de « dire l’intime ».

L’intime « caché/montré » apparaît dans les pratiques de déclaration d’amour et de supposé secret. Certains déclarent leur flamme sur les réseaux sociaux et nous sommes en droit de nous demander qui en est/sont le/les récepteur.s. Ce n’est plus uniquement l’être aimé. Car aujourd’hui, il faut des témoins pour les liens forts. Les liens faibles (les 300 amis sur Facebook) servent à légitimer les liens forts.

CC Flickr Incase

CC Flickr Incase

Il en est de même, pour le supposé secret. Il s’agit de messages tenant en eux une part mystérieuse : « Petit dîner avec toi, ce soir, que du bonheur ». L’internaute ne dit pas qui est ce « toi », car effectivement il se reconnaîtra… parmi tant d’autres qui seront encore une fois les témoins curieux qui se demanderont qui est ce « toi ». Les internautes oscillent alors entre logorrhée et rétention, mais toujours devant témoins. C’est ce besoin de témoins des liens qui est une autre bonne raison d’exprimer l’intime.

La troisième forme de l’intime est celle de « l’échappée ». L’usage du fake et de l’humour colore ces énonciations. Le fake c’est dire le vrai en performant le faux ; comme donner une opinion politique fallacieuse qui indiquera en creux la position de l’internaute. L’humour, c’est détourner le code de référence d’une injonction posée à l’individu en y enjoignant son propre code : « je suis guide de hautes montagnes, je cherche ma femme igloo ». La sommation de préciser sa recherche de partenaire est détournée afin de se montrer capable d’en rire. L’intime échappé favorise notre resingularisation qui s’est perdue dans l’intime normé, et en cela c’est une autre bonne raison du dévoilement des éléments intérieurs.

  • Jeudy H.-P., 2007, L’absence d’intimité. Sociologie des choses intimes, Paris : Belval, Circé.

Les motivations de l’expression de l’intime

Après avoir dégagé ces trois usages de l’intime, je me suis penchée sur les bonnes raisons qui concernent les manières de devenir sujet, c’est-à-dire dire de se produire soi-même, d’être la référence de ses pensées et de ses actes comme constitutifs de ce que je suis.

Le processus communicationnel en jeu à travers les réseaux sociaux permet de livrer l’intime autant à des liens forts qu’à des liens faibles en s’exposant aux autres, en se mettant en danger, en devenant vulnérable. Mais il ouvre aussi à de nouveaux liens et à l’intensification d’anciennes relations. C’est donc grâce au processus communicationnel que se construit un processus relationnel. Sans finalité, la mise en circulation d’informations génère de nouvelles productions discursives dont les thématiques importent peu car c’est le processus lui-même qui est essentiel. Agissant même dans l’absence et surtout grâce à elle, le Web laisse les traces de nos usages. Cela offre aux individus la possibilité d’évaluer les liens. Le processus relationnel compte plus que le contenu des échanges. Le regard de l’autre ne suffit plus. Les personnes ont besoin de reconnaissance régulière par des liens faibles pour ne pas être assignées à une identité équivalente toute leur vie.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Ce processus aurait une autre motivation. Celui de la disparition non pas du corps dans les espaces du Web, mais de la chair. En effet, à travers des photos et des vidéos, le corps est sans cesse présent sur les réseaux socio-numériques dans différentes situations de la vie sociale, ainsi que dans les forums médicaux. Il ne disparaît pas car il est partout. Le Web fourmille d’images de corps sans chair où l’excitabilité est autorisée, mais souvent surjouée pour compenser cette perte.

Par ailleurs, dans notre vie quotidienne, sans qu’on le veuille, la chair de l’autre peut être imposée. C’est par exemple le cas dans les concentrations de personnes dans la ville ou dans les transports en commun : nous sommes parfois si près de toucher, de rencontrer un autre corps, que cela impulse une excitabilité qu’il faut réfréner. De ce vécu paradoxal, il faut réprimer une excitabilité réelle de la chair (ville/transport) et à la fois accepter d’effleurer une excitabilité excessive, surjouée et surtout impossible car sans chair (Web). L’expression de l’intime poserait le vœu de retrouver une sensation de chair choisie, voulue, espérée. Le secret qui se dévoile, même encore un peu masqué, ouvre la voie aux fantasmes et c’est par ces derniers que l’on espère rencontrer la chair de l’autre.

Cependant, des troubles peuvent naître entre les territoires physiques et leurs calques numériques. Ce que je dis sur un site de rencontre, c’est un peu moi, mais pas tout à fait. Lors de rencontres dans la « vraie vie » les internautes qui se sont connus sur un site de rencontres soulignent régulièrement la non-conformité avec la description donnée sur le profil.

CC Pixabay Peggy_Marco

CC Pixabay Peggy_Marco

Ces difficultés poussent les individus à inventer toutes sortes de stratégies pour créer des outils destinés à y pallier. Les premières définitions des sites, par leurs concepteurs, évoluent selon les usages que nous en faisons. Par exemple Badoo développé initialement pour faire des rencontres amicales a été vite utilisé pour la rencontre amoureuse. De même, plus récemment, Leboncoin, spécialisé au départ dans d’autres types de petites annonces, est aussi devenu un site pour trouver un emploi. Cette créativité permet de retrouver de la liberté d’énonciation et de fournir de nouvelles définitions sur ces réseaux qui seront à leurs tours détournées. C’est un jeu sans fin entre processus de subjectivation et aliénation. Les individus se créent eux-mêmes et en même temps acceptent de jouer une fausse subjectivité attendue par les dispositifs.

Dans ce processus infini de la production de subjectivité, l’intime trouve sa place car il possède une dimension a-signifiante. Car le « dit » de l’intime n’existe pas et n’a jamais existé. En d’autres termes, on ne peut jamais dire l’intime, on croit le dire mais il demeure dans l’indicible. Alors ce que l’on expose, ce n’est pas le « dit » de l’intime ; c’est une tentative de le rendre signifiant. Cette tentative est certes inquiétante, mais elle est sans finalité possible car l’intime gardera en lui cette a-signifiance qui le constitue. Dire un simulacre d’intime ne l’annule jamais. C’est en cela qu’il est un impératif contemporain de la production de subjectivité.

Crédits image à la Une : CC Pixabay bngdesigns


Sandra Lemeilleur

MICA (EA 4426), Université Montaigne – Bordeaux 3 ( sandralemeilleur@yahoo.fr)

More Posts

Sandra Lemeilleur

MICA (EA 4426), Université Montaigne – Bordeaux 3 ( sandralemeilleur@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Les temps ont bien changé. A l »école primaire, une allée séparait garçons et filles. Les instituteurs faisaient les cents pas dans l’allée. Je ne comprenais pas pourquoi. A la sortie, les garçons essayaient de nous envoyer des boules de marc de raisins, chauds, dans les jambes. Un garçon avait échappé une galoche dans le wc à la turc. Longues recherches. A plus ! Jacqueline;

  1. 02/12/2016

    […] L’intime dans les réseaux sociaux […]

  2. 06/12/2016

    […] Dans son ouvrage Raison, bonnes raisons (2003), le sociologue Raymond Boudon s’est intéressé aux « bonnes raisons » que les individus peuvent invoquer pour expliquer que leurs actions sont moins irrationnelles qu’il n’y paraît, mai  […]

  3. 22/01/2017

    […] L’intime dans les réseaux sociaux – Mondes Sociaux. CC Pixabay Johnhain Dans son ouvrage Raison, bonnes raisons (2003), le sociologue Raymond Boudon s’est intéressé aux « bonnes raisons » que les individus peuvent invoquer pour expliquer que leurs actions sont moins irrationnelles qu’il n’y paraît, mais obéissent à des rationalités que le chercheur doit révéler. Autrement dit, si leurs choix ne sont pas tous nécessairement rationnels, ils ont aussi de bonnes raisons pour agir comme ils le font. Dans ma thèse soutenue en 2016, qui traite des pratiques de l’intime dans les réseaux sociaux, j’ai voulu chercher les bonnes raisons qu’ont les internautes de se livrer sur leur vie privée. […]

  4. 23/01/2017

    […] Elles faisaient 250 SMS par semaine. » (cadre territorial, 52 ans) « Il a bien fallu. Le mythe des « digital natives » peut donc paradoxalement autant faire écran à la compréhension des pratiques que les éclairer. L’intime dans les réseaux sociaux – Mondes Sociaux. […]

  5. 24/02/2017

    […] L’intime dans les réseaux sociaux – Mondes Sociaux. CC Pixabay Johnhain Dans son ouvrage Raison, bonnes raisons (2003), le sociologue Raymond Boudon s’est intéressé aux « bonnes raisons » que les individus peuvent invoquer pour expliquer que leurs actions sont moins irrationnelles qu’il n’y paraît, mais obéissent à des rationalités que le chercheur doit révéler. Autrement dit, si leurs choix ne sont pas tous nécessairement rationnels, ils ont aussi de bonnes raisons pour agir comme ils le font. Dans ma thèse soutenue en 2016, qui traite des pratiques de l’intime dans les réseaux sociaux, j’ai voulu chercher les bonnes raisons qu’ont les internautes de se livrer sur leur vie privée. Il me fallait pour cela dépasser les jugements hâtifs très négatifs qui les relèguent, entre autres, dans la zone trouble du narcissisme et me pencher sur les bénéfices espérés par ces nouveaux pratiquants de l’intime. […]

  6. 26/02/2017

    […] L’intime dans les réseaux sociaux – Mondes Sociaux. CC Pixabay Johnhain Dans son ouvrage Raison, bonnes raisons (2003), le sociologue Raymond Boudon s’est intéressé aux « bonnes raisons » que les individus peuvent invoquer pour expliquer que leurs actions sont moins irrationnelles qu’il n’y paraît, mais obéissent à des rationalités que le chercheur doit révéler. Autrement dit, si leurs choix ne sont pas tous nécessairement rationnels, ils ont aussi de bonnes raisons pour agir comme ils le font. […]

  7. 28/02/2017

    […] aujourd'hui, exposer sa propre intimité sur les réseaux sociaux? L'intimité surexposée. L’intime dans les réseaux sociaux – Mondes Sociaux. CC Pixabay Johnhain Dans son ouvrage Raison, bonnes raisons (2003), le sociologue Raymond Boudon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *