Les pauvres et la pauvreté en Grèce ancienne

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les recherches en histoire ancienne sont souvent liées aux interrogations sociétales du moment. La lutte contre la pauvreté constitue une préoccupation renouvelée de nos sociétés contemporaines, relayée par les différents média. Or, loin d’être le fait des sociétés capitalistes, la pauvreté est bien présente dans les sociétés préindustrielles et notamment antiques. Les pauvres et la pauvreté dans l’Antiquité, en dépit de la rareté des sources qui les évoquent, et qui émanent bien souvent des élites, doivent être considérés comme de véritables objets d’études historiques, philosophiques, anthropologiques et sociologiques.

Dans l’ouvrage que nous avons édité, nous avons tenté de renouveler l’approche sociale des cités grecques en nous interrogeons sur l’état de pauvreté, les comportements et les pratiques qui en découlent. Étudier la pauvreté et les pauvres, sujet de recherche considéré comme peu « glamour » en sciences humaines et sociales (on préfère questionner les classes sociales privilégiées), revient finalement à s’intéresser à la face cachée d’une société. De telles recherches peuvent aussi permettre de mieux comprendre, dans une certaine mesure, la nature, les causes de la pauvreté et les solutions envisagées et/ou mises en place pour tenter d’enrayer ce phénomène.

  • Galbois E., Rougier-Blanc S., dir., 2014, La pauvreté en Grèce ancienne : formes, représentations, enjeux, Scripta Antiqua 57, Bordeaux : Ausonius.

Comment étudier les pauvres et la pauvreté ?

CC Wikimedia Commons
Jim Padgett

Si les études portant sur la pauvreté et les pauvres du Moyen Age à nos jours se sont multipliées ces dernières décennies, tel n’est pas le cas pour l’Antiquité, où tout ou presque reste à faire. En s’inspirant en partie de la méthodologie développée par les historiens et les sociologues qui analysent plus particulièrement la pauvreté dans la France contemporaine, il est possible de jeter les bases d’une étude de la pauvreté en elle-même, de ses formes, mais aussi de ses représentations et de ses enjeux dans les sociétés anciennes préindustrielles.

Plusieurs points de vue peuvent être retenus pour interroger les pauvres et la pauvreté. La réflexion peut être menée d’une façon classique selon une perspective économique, sociale ou politique : analyse des facteurs entrainant la pauvreté, définition d’un seuil de pauvreté, pauvreté absolue et pauvreté relative.

Au sens le plus général, le seuil de pauvreté est un niveau de revenus en dessous duquel un ménage est considéré comme pauvre. Il prend des valeurs différentes selon l’option de calcul retenue.

CC Wikimedia Commons Jastrow

Une autre approche est aussi possible : traiter de la pauvreté et des pauvres sous l’angle de l’assistanat, de la charité ou du travail, c’est-à-dire interroger la façon dont les États se comportent vis-à-vis de la pauvreté. Cette approche a nourri, dans les années 1990, les réflexions sur la notion de « disqualification sociale » définie par le sociologue Serge Paugam. Cet aspect de la question a récemment retenu l’attention de spécialistes de l’Antiquité, notamment dans le numéro de 2013 de la revue Ktèma : des auteurs se sont demandés comment les cités grecques réagissaient face au phénomène de pauvreté (aides aux orphelins de guerre, aux femmes seules, distribution de denrées de base, gestion des crises alimentaires…). Les pauvres étaient considérés par les cités comme un poids.

Nous avons choisi de suivre une autre piste, relativement marginale dans les recherches sociologiques, mais plus représentées dans les études historiques, notamment par les analyses d’André Gueslin : enquêter sur l’état de pauvreté, les comportements et les pratiques qui en découlent. Bref, revenir aux pauvres eux-mêmes, en laissant de côté les a priori. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons cherché à poser les premiers jalons d’une étude plus générale de la pauvreté dans l’Antiquité, qui ne réduise pas exclusivement le phénomène à une histoire des conflits sociaux, ni à une étude des disparités économiques, mais qui s’applique à revenir aux pauvres mêmes en tant qu’objets historiques.,

  • Gueslin A., 2013, Une histoire de la grande pauvreté dans la France du XXe siècle, Paris : Pluriel.
  • Ktèma, 2013, Dossier : La question des pauvres et de la pauvreté dans le monde grec, n°38, 1-134.
  • Paugam S., 2009, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris : PUF, 1ère édition 1991.

Qui sont les pauvres en Grèce ancienne ?

Dans notre ouvrage, fruit d’une journée d’étude pluridisciplinaire, nous avons, entre autres, souligné que pas plus qu’aujourd’hui, les pauvres ne constituent une catégorie sociale homogène dans la Grèce du VIIIe au Ier s. avant J.-C., et ce, même en temps de crise. Le vocabulaire pour les définir est multiple : un bref inventaire des mots de la pauvreté peut permettre une première mesure des formes qu’elle prend dans les sources littéraires anciennes et constitue un bon point de départ pour dessiner les contours de ce que serait le tableau d’une « taxinomie de l’indigence », proprement grecque.

CC Pixabay StockSnap

On peut en effet considérer le vocabulaire « économique » qui insiste sur l’absence, la privation de biens, bref sur l’état de manque qu’induit la pauvreté, comme aporos (celui qui n’a pas les moyens de se procurer les revenus nécessaires). Une partie du vocabulaire insiste sur l’incapacité et la contrainte qui résulte de l’état et de la condition de pauvre, et dessine les contours d’une terminologie plus « sociale » qui fait de la pauvreté une servitude : adunatos, (sans capacité, infirme), terme souvent associé à la pauvreté chez les orateurs attiques. C’est probablement dans ce même registre qu’il faut appréhender le vocabulaire associé à la contrainte du travail et la famille de penia, dont penês, terme qui désigne le travailleur pauvre qui exerce un travail manuel et ne possède pas sa propre terre.

Les mots de la pauvreté comprennent enfin, dans un troisième registre, le vocabulaire lié à la quête, la supplique et la mendicité, ainsi qu’avec la dépendance qui en découle, c’est-à-dire liés aux pratiques et aux comportements des plus pauvres : c’est à cette catégorie qu’il faut rattacher la famille de ptôchos, le mendiant, l’un des plus anciens termes pour dire l’extrême pauvreté et qu’étudie Sandrine Coin-Longeray dans l’ouvrage. Il est considéré comme un parasite social.

L’enquête littéraire et iconographique a révélé par ailleurs que les « signes extérieurs de pauvreté » ne sont pas si différents de ceux d’aujourd’hui, car ils ont trait à la maigreur (malnutrition), à la vieillesse (usure du corps prématurée liée au labeur ou à l’errance), à la maladie, aux vêtements (de simples haillons et le tribanon, manteau grossier typique).

Des pratiques de pauvres dans la cité

L’état de pauvreté regroupe des réalités diverses, mais conduit toujours à l’exclusion, notamment politique, surtout parce que le pauvre n’a pas le temps d’exercer son « métier » de citoyen, tant il est obsédé par la recherche de nourriture ou d’un abri. Le regard de la société grecque sur les pauvres est souvent un regard critique, qui exclut : aux pauvres, la bassesse morale, l’avilissement de la condition précaire et l’impiété. Ils pillent les autels et dérobent les offrandes aux dieux, mentent et sont prêts à tout pour se procurer de quoi survivre ; autant de situations qui montrent leur marginalité et leur retrait des pratiques du « vivre ensemble » de la cité. Pourtant, dans le cadre urbain, les plus pauvres occupent les espaces ouverts (portiques publics, porches et seuils de maisons) et aucun document littéraire ou épigraphique ne témoigne de la nécessité de légiférer pour les en chasser. Les plus pauvres peuvent même maintenir, par la fréquentation abusive des bains par exemple, ou par leur présence systématique aux alentours des sanctuaires, un semblant de sociabilité. Figures de la cité, ils sont en quelque sorte partiellement intégrés.

La question de la visibilité et des enjeux de la pauvreté, avec tout particulièrement les représentations iconographiques des pauvres, a retenu l’attention de nombreux contributeurs de l’ouvrage publié. Ces derniers se sont notamment interrogés sur l’existence d’images de la pauvreté autres que celle bien connue d’Ulysse, déguisé en mendiant pour rentrer chez lui et se venger. Dans l’imagerie, des figurines de terre cuite hellénistiques représentent des travailleurs ou des pêcheurs décharnés, vêtus simplement, ou des personnages nus, mendiants au visage grotesque. Il s’agit souvent de représentations qui témoignent que les plus aisés craignaient de tomber dans la pauvreté et cherchaient à éloigner, avec ces figurines risibles, le mauvais œil.

Enfin, choisir de « faire pauvre » (dans le vêtement, la posture, par la modestie des offrandes aux dieux ou des manières de vivre) est une pratique répandue à différents moments de l’histoire grecque. C’est une façon de valoriser le dénuement, la sobriété et le retour aux valeurs originelles, de se singulariser dans la cité. Que ce soient le philosophe Socrate, qui marche pieds nus ou les Cyniques, qui prônent le détachement de tous biens, et qu’analyse Etienne Helmer, la pauvreté apparaît alors comme une posture idéologique.

Pourquoi étudier la pauvreté dans les sociétés anciennes ?

Les analyses de ce type ont ouvert la voie à une nouvelle approche des pauvres et de la pauvreté en Grèce ancienne et permettent un véritable renouvellement de l’étude de la société des cités grecques.

CC Mondes Sociaux

C’est ainsi que Jean-Manuel Roubineau, dans un ouvrage récent, relit l’histoire de cette période en termes d’inégalité et confronte, tout au long de son tableau synthétique, les liturges (citoyens riches qui assument certaines dépenses publiques) aux mendiants, le costume à la nudité, le riche au pauvre. Cette confrontation ne s’opère plus uniquement en termes d’oppositions, voire de « lutte des classes », mais en retenant les pratiques et le quotidien des plus démunis. Plus récemment encore, Lucia Cecchet montre dans sa thèse combien la pauvreté a pu être un enjeu de premier plan dans les discours politiques comme dans les plaidoyers aux Ve et IVe siècles av. J.-C. à Athènes. Et ce indépendamment de la conjoncture économique. La Guerre du Péloponnèse et ses conséquences n’ont fait que renforcer les discours repoussoirs sur la figure du pauvre.

Ces approches montrent aussi comment des sociétés anciennes ont développé un discours sur la pauvreté, parfois valorisant, souvent stigmatisant, sans pour autant exclure totalement les pauvres de la vie de la cité. Elles nous invitent à questionner, dans nos propres sociétés, la notion de « pauvreté intégrée ».

  • Cechett L., 2015, Poverty in Athenian Public Discourse. From the Eve of the Peloponnesian War to the Rise of Macedonia, Alte Geschichte Historia, Einzelschriften 239, Stuttgart.
  • Roubineau J.-M., 2015, Les cités grecques (VIe-IIe siècle av. J.-C.). Essai d’histoire sociale, Paris : PUF.

Salauds de pauvres !

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Byzantinischer Mosaizist des 5. Jahrhunderts


Estelle Galbois et Sylvie Rougier-Blanc

Estelle Galbois (estelle.galbois@univ-tlse2.fr) et Sylvie Rougier-Blanc (srougierblanc@gmail.com), PLH-CRATA, Université Toulouse – Jean Jaurès

More Posts

Estelle Galbois et Sylvie Rougier-Blanc

Estelle Galbois (estelle.galbois@univ-tlse2.fr) et Sylvie Rougier-Blanc (srougierblanc@gmail.com), PLH-CRATA, Université Toulouse – Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. François Pelatan dit :

    Au delà de la pauvreté ou du pauvre dont on décrit l’aspect et le positionnement, on n’a aucun chiffre sur le nombre de paysans dans les territoires grecs, ni sur leur revenu, ni sur le mode d’accès au foncier agricole, ni sur les systèmes de production ! Rien de rien sur la catégorie de population la plus nombreuse du monde grec ancien….! nous n’avons que des discours politiques sur une pauvreté urbaine : qu’est ce que ça vaut ? A suivre…

  1. 21/03/2017

    […] Les pauvres et la pauvreté en Grèce ancienne – Mondes Sociaux. CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux Les recherches en histoire ancienne sont souvent liées aux interrogations sociétales du moment. La lutte contre la pauvreté constitue une préoccupation renouvelée de nos sociétés contemporaines, relayée par les différents média. Or, loin d’être le fait des sociétés capitalistes, la pauvreté est bien présente dans les sociétés préindustrielles et notamment antiques. Les pauvres et la pauvreté dans l’Antiquité, en dépit de la rareté des sources qui les évoquent, et qui émanent bien souvent des élites, doivent être considérés comme de véritables objets d’études historiques, philosophiques, anthropologiques et sociologiques. […]

  2. 06/04/2017

    […] Les pauvres et la pauvreté en Grèce ancienne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *