Partager le territoire avec les loups

Un territoire sans bornes, des moutons, des chiens, un berger… et le loup. Une « guerre » quotidienne entre les réalités d’un élevage séculaire et les nouvelles représentations urbaines de la nature.

Le film Entre chiens et loups propose une immersion dans le quotidien de Thierry Giordan, éleveur-berger dans les Alpes-Maritimes. Au sein de sa pâture, située en plein cœur du Parc du Mercantour, les journées de Thierry sont rythmées par les gestes immuables du travail du berger : conduire le troupeau, soigner les animaux, nourrir les chiens.

Mais depuis une quinzaine d’années, il doit partager son territoire avec un nouvel usager de la pâture : le loup. La présence de ce prédateur l’a forcé à changer ses habitudes de travail. Les bêtes sont maintenant parquées tous les soirs et sont protégées de manière permanente par la présence de quatre chiens patous. Régulièrement, des aides-bergers viennent relayer Thierry pour assurer une surveillance nocturne du troupeau. Tout ceci a un coût à la fois en temps de travail supplémentaire et en équipement (achat et entretien des filets pour le parc, alimentation des chiens). Et malgré ces mesures, le loup continue à prélever régulièrement sa pitance au sein du troupeau.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Alors, même si l’État verse des indemnisations pour chaque bête tuée, et même si l’Union européenne paye une partie des frais associés aux mesures de protection, ceci ne suffit pas à compenser le poids induit par la présence du loup. Dans ce secteur agricole fortement en crise, la protection du prédateur au niveau national et européen est vécue comme un mépris des conditions de travail des bergers par les pouvoirs publics. En évoquant ces problèmes, Thierry ne peut s’empêcher de formuler ses inquiétudes sur le futur du métier de berger et sur le devenir des zones non pâturées.

Ce film a été tourné en septembre 2009, alors que j’assurais la garde nocturne du troupeau de Thierry Giordan. L’idée avait émergé pendant les mois précédents, lorsque j’assurais des tâches de surveillance dans diverses estives des Alpes du Sud. De retour à Paris à la fin de l’été, mes collègues géographes m’avaient convaincu qu’il fallait que je transforme cette expérience en film. C’est la force du personnage de Thierry, la clarté de son discours, mais aussi la beauté de sa pâture qui m’ont motivé à incarner la problématique du loup et son impact sur le monde agricole dans un film documentaire.

  • Chenet M., 2016, « Le film de recherche, ce bel objet de liberté », in Fontorbes J.-P., Granié A.-M., Coord., Chercheurs de champs, Entrelacs, Hors-série 2, 53-59.

 

Fiche technique

Type de média

Film-recherche

Laboratoire de recherche

Laboratoire de Géographie Physique – UMR 8591, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne

Auteur

Marie Chenet

Réalisateur

Marie Chenet

Informations techniques

  • Date de production : 2010
  • Durée : 24 min
  • Format : DVCAM, couleur, 16/9
Crédits image à la Une : CC Flickr Guy Buchmann

 

CC Flickr Etienne Valois

 


Marie Chenet

LGP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (marie.chenet@lgp.cnrs.fr)

More Posts - Website

Marie Chenet

LGP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (marie.chenet@lgp.cnrs.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *