Prendre le café au Kilimandjaro

Le Kilimandjaro, célèbre montagne de Tanzanie culminant à 5891 mètres (on l’appelle « le toit de l’Afrique »), n’est pas seulement le territoire des neiges (encore…) éternelles. Il est aussi, et c’est moins connu, celui du café.

Car la caféiculture y a été introduite, avec succès, à la fin du XIXe siècle, de sorte que le café s’est inséré dans des systèmes vivriers de production intensive. S’appuyant sur l’exceptionnelle fertilité des sols, l’extension de la caféiculture a accompagné l’accroissement démographique de la région dont les densités sont parmi les plus fortes d’Afrique. Le café a été une véritable conquête sociale pour les paysans Chagga qui occupent les flancs Sud et Est de la montagne.

Mais dès 1973, la caféiculture a connu un lent déclin. Les arbres ont vieilli et les paysans ont eu de plus en plus de difficulté à maintenir le niveau de production et de qualité qui avait fait la réputation de leur café sur les marchés mondiaux. A partir de 1995, le gouvernement, le secteur coopératif et les opérateurs privés se sont lancés dans une campagne de relance du café qui concerne d’abord les grandes plantations.  Dans une économie de plus en plus libéralisée, les paysans qui assurent encore 90 % de la production, auront-ils la capacité financière et foncière pour entrer dans cette dynamique ? C’est une des questions que pose le film Caféicultures, Kilimandjaro, le café au bois dormant (commentaire en français, entretiens en anglais et en swahili sous-titrés en français).

  • Charlery de la Masselière B., 2014, Penser la question paysanne dans l’Afrique Intertropicale, Toulouse : Presses Universitaires du Midi.
  • Charlery de la Masselière B., 2008, « De l’ordre du café… », Les Cahiers d’Outre-Mer, n°243, 235-242.

Fiche technique

Date de réalisation

2 Avril 2000

Catégorie

Film-Recherche (Documentaire)

Auteurs

Bernard Charlery de la Masselière et François Devenne

Réalisation et montage

Samir Bouharaoua

Images

Samir Bouharaoua et Jean Jimenez

Son et chargée de production

Nathalie Michaud

Cartographie

Guilène Reaud-Thomas et Jacques Aguila

Traduction

Bernard Charlery de la Masselière (anglais) et François Devenne (swahili)

Voix de commentaire

Jean-Marc Biancourt

Éditeur

Université Toulouse II-Le Mirail , SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail

Crédits image à la Une : CC Pexels Skitterphoto


Bernard Charlery de la Masselière

LISST-Dynamiques Rurales, Université de Toulouse Jean Jaurès (charlery@univ-tlse2.fr)

More Posts

Bernard Charlery de la Masselière

LISST-Dynamiques Rurales, Université de Toulouse Jean Jaurès (charlery@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *