Etudier le devenir professionnel des docteurs

Le doctorat se prépare après l’obtention d’un master ou d’un diplôme d’un niveau équivalent. Après la soutenance d’une thèse portant sur la réalisation de travaux de recherche originaux, il permet d’obtenir le grade de docteur, c’est-à-dire le grade universitaire le plus élevé. Est-il pour autant un atout-maître dans la recherche d’emploi, toutes disciplines confondues ? Que disent les enquêtes sur l’insertion professionnelle des docteurs ?

La mise en place en 2001 de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) a eu pour conséquence l’introduction d’indicateurs de performance dans le pilotage des politiques publiques. L’étude de l’insertion professionnelle des diplômés et plus spécifiquement des docteurs s’est ainsi développée dans les établissements d’enseignement supérieur pour répondre aux besoins d’information du ministère de tutelle.

Les différentes lois, Libertés et responsabilité des universités (2007) et la loi relative à l’enseignement supérieur (2013), ont également amené les établissements à rendre publiques des statistiques d’insertion dans le cadre de leurs missions d’orientation et d’insertion professionnelle. Un nombre très important d’enquêtes ont ainsi vu le jour.

Cet article est publié dans le cadre d’un échange entre Mondes Sociaux et le Céreq (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications)

CC Pixabay bibin9363pbr

En 2015, une trentaine de dispositifs locaux d’études ainsi que trois enquêtes nationales sur le devenir des docteurs étaient dénombrés. Cette multiplication d’enquêtes n’est pas sans conséquence sur la construction de la valeur économique et sociale du diplôme de doctorat. Sur certains aspects, les indicateurs construits et habituellement utilisés pour expliquer les différences d’insertion pour les autres niveaux de diplômes ne sont pas toujours pertinents dans l’étude sur le devenir professionnel des docteurs. Plusieurs explications peuvent être avancées : la composition de la population, les différences disciplinaires, des statuts hétéroclites, une transition vers l’emploi différenciée des autres diplômés. Des approches nouvelles doivent donc être explorées pour saisir avec pertinence le devenir professionnel des docteurs.

  • Jaoul-Grammare M., Macaire S., coord., 2016, Etudier le devenir professionnel des docteurs, Groupe de Travail sur l’Enseignement Supérieur, Céreq Echanges, n°2, 92 p.

 

Une population très différente des autres diplômés

Lorsque l’on s’intéresse à la population que constituent les diplômés de doctorat, force est de constater qu’il s’agit d’une population spécifique présentant des caractéristiques propres dont il faut tenir compte dès lors que l’on envisage la production d’indicateurs sur l’insertion des docteurs.

Premièrement, les effectifs et la composition des docteurs sont singuliers : en 2014, la France a diplômé 14 000 docteurs, effectifs en hausse mais très faibles par rapport aux diplômés de master (121 000 la même année). Les hommes y sont majoritaires et la proportion d’étudiants de nationalité étrangère y est importante (40%). Leur répartition sur le territoire est originale : les universités parisiennes sont surreprésentées et de nombreux établissements diplôment moins de 100 docteurs par an. Ces petits échantillons rendent difficiles la production d’indicateurs fiables d’autant plus que cette population est très mobile en début de carrière et particulièrement difficile à joindre. Le biais de collecte – surreprésentation de l’insertion dans la recherche vs sous-estimation des expatriations – ne doit pas être négligé.

Publié avec l’aimable autorisation de Vie de jeune docteure

Deuxièmement, les conditions de réalisation de la thèse des doctorants sont très différentes selon les disciplines et impactent l’insertion professionnelle. En effet, les doctorants dans les disciplines scientifiques sont davantage financés, encadrés. Ils travaillent en équipe avec un emploi du temps contraint et participent à des colloques. A l’inverse, les doctorants en art, humanités ou sciences sociales sont peu ou pas financés, moins encadrés, travaillent davantage seuls hors de l’université. Or il apparait notamment qu’outre l’effet disciplinaire, le financement, la durée de thèse ou encore le projet professionnel influencent l’insertion professionnelle des docteurs. Ces différences disciplinaires ne peuvent être cachées lorsqu’il s’agit d’étudier le devenir professionnel des docteurs.

Troisièmement, le statut des docteurs est très hétérogène. Un nombre important de doctorants sont salariés. Ils peuvent être enseignants et ainsi différer leur entrée dans la vie active. D’autres ont un diplôme d’ingénieur ou un diplôme d’Etat en santé. Le processus de socialisation au cours du doctorat peut également infléchir la perception qu’ont les doctorants de leur statut : étudiant vs salarié. Ainsi les frontières entre la thèse et l’entrée dans la vie active sont poreuses et la prise en compte de l’ensemble de ces statuts ne peut être omise dans l’étude du devenir professionnel.

Enfin, l’entrée sur le marché du travail est très spécifique. Alors que les docteurs sont mieux armés socialement et scolairement, ils peinent à s’insérer sur le marché du travail dans les premières années. L’accès aux emplois permanents est tardif en comparaison avec les autres diplômés de l’enseignement supérieur. Ceci s’explique notamment par le post-doctorat, passage quasi-obligé dans un certain nombre de disciplines.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’accès à la recherche académique et publique est un autre facteur de la difficulté à trouver un emploi à durée indéterminée. En effet, il est d’usage d’interroger les diplômés 3 ans après leur sortie du système éducatif afin de bien comprendre et analyser le processus d’insertion. Pour les docteurs, cette date d’observation semble trop courte avec un risque de surestimation du chômage de ce public. De même, le déclassement du docteur en début de carrière est difficilement observable. La très grande majorité a le statut de cadre et la catégorie sociale ne peut pas être le seul élément pour observer le déclassement.

Des pistes pour améliorer les connaissances sur le devenir professionnel

Les différentes spécificités de la population doctorale conduisent à repenser les méthodes d’interrogation et les indicateurs pertinents pour analyser le devenir professionnel des docteurs.

Tout d’abord, il convient de disposer d’effectifs importants dans chaque enquête et d’obtenir des taux de réponse élevés. Les modes de collecte (utilisation de différents canaux) et une date d’observation appropriée pour maximiser le taux de réponse tout en disposant de suffisamment de recul pour appréhender les cheminements vers l’insertion et voir celle-ci se stabiliser sont à réfléchir.

Ensuite, il apparait nécessaire de retravailler le questionnement sur le financement pour connaitre l’exhaustivité des dispositifs utilisés, notamment en regard des différentes filières. D’une manière générale, des analyses distinctes des conditions de réalisation des doctorats selon les filières doivent être approfondies afin de faire émerger des spécificités disciplinaires pour le devenir professionnel. En effet, l’analyse des relations entre les conditions de réalisation de la thèse (durée, encadrement, financement, statut du directeur de thèse) et les conditions d’insertion des docteurs selon le champ disciplinaire montre une influence différenciée. A titre d’exemple, une thèse courte (3 ans ou moins) influence positivement l’accès rapide à l’emploi permanent pour les filières des arts, humanités ou sciences sociales, alors qu’elle a un effet négatif pour les disciplines scientifiques. Outre la durée, le financement de la thèse se complexifie : la multitude des dispositifs conduit de nombreux docteurs à bénéficier de différentes sources de financement pendant leur thèse qu’il est difficile d’agréger.

CC Flickr thierry ehrmann

Afin de mieux appréhender le déclassement des docteurs, deux éléments sont à prendre en compte. Il conviendrait tout d’abord de s’attacher à mieux décrire les emplois occupés par les docteurs et les liens qu’ils entretiennent avec la recherche. L’analyse du déclassement par la prise en compte des catégories sociales ou du déclassement normatif ne suffit plus pour comprendre les difficultés d’insertion de cette population. L’utilisation de trois approches concomitantes (déclassement salarial, déclassement normatif, déclassement subjectif) et la création d’un score de cumul de ces déclassements offrent la possibilité d’une mesure plus adaptée du déclassement qui révèle finalement que seuls 5% des docteurs cumulent les trois types de déclassement.

Il s’avère également nécessaire de décrire plus précisément les compétences pour comprendre l’absence des docteurs sur certains segments du marché du travail et la concurrence exercée par les diplômes d’ingénieurs. En effet, actuellement la caractérisation des types d’emploi occupés par les docteurs utilise la classification suivante recherche vs hors recherche, public vs privé. « Si ces distinctions permettent de mieux cerner les types d’emploi qu’occupent les docteurs, elles semblent moins adaptées aux formes d’innovation qui se mettent en place dans certaines entreprises et certains secteurs ». L’approche par les compétences qui consiste à analyser les compétences requises dans l’emploi et celles acquises durant la formation doctorales permettrait de mieux identifier les difficultés de recrutement hors recherche publique, ce qui conduit souvent à des déclassements dans ces emplois.

Enfin, un dernier point consiste à mieux cerner et comprendre le projet professionnel des docteurs. En effet, celui-ci évolue à l’entrée, pendant et à l’issue de la thèse et semble un élément explicatif de l’insertion professionnelle. La description des périodes longue de chômage ou d’inactivité identifie deux profils de ce public : d’une part, les femmes issues des filières « humanistes » ayant un projet professionnel académique et ayant obtenu la qualification du Conseil National des Universités (CNU), mais n’ayant pas été recrutées, qui peinent à sortir de cet objectif professionnel et sont dans une situation très précaire ; d’autre part, les hommes sans qualification CNU, orientés vers la recherche privée des filières scientifiques qui semblent tout mettre en œuvre pour atteindre leur objectif et affichent une meilleure situation financière.

L’ensemble de ces facteurs explicatifs du devenir professionnel des docteurs milite pour une harmonisation et une amélioration des questionnaires. Une interrogation à 5 ans semble être notamment être un moyen de saisir plus précisément l’insertion de ce public dont l’entrée sur le marché du travail se caractérise par deux éléments essentiels : les difficultés pour les docteurs à envisager une autre carrière que la carrière académique classique, et les réticences du secteur privé à embaucher des docteurs.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons et crédits image d’entrée : CC Pixabay Geralt


Magali Jaoul-Grammare et Simon Macaire

Magali Jaoul-Grammare, CNRS, BETA-UMR 7522 et CEREQ, Université de Strasbourg (jaoulgrammare@beta-cnrs.unistra.fr ) et Simon Macaire , Observatoire de la Formation et de la Vie Universitaire, Université de Bordeaux (simon.macaire@agence-erasmus.fr )

More Posts

Magali Jaoul-Grammare et Simon Macaire

Magali Jaoul-Grammare, CNRS, BETA-UMR 7522 et CEREQ, Université de Strasbourg (jaoulgrammare@beta-cnrs.unistra.fr ) et Simon Macaire , Observatoire de la Formation et de la Vie Universitaire, Université de Bordeaux (simon.macaire@agence-erasmus.fr )

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thibaut dit :

    Article intéressant et essayant de soulever les problématiques mais comment on peut différencier « les disciplines scientifiques  » de « art, humanités ou sciences sociales ». Un passage sur les thèses CIFRE aurait été pertinent.
    De plus, le sujet choisi pour une même discipline peut avoir un impact énorme et on sous-estime énormément le pouvoir des directeurs de thèse pour son intégration professionnelle que ce soit dans « l’industrie » ou « l’académique ». De nombreux directeurs de thèse commence à comprendre cela mais ils restent encore trop peu nombreux. On aurait pu aussi parler des associations d’anciens doctorants qui commence à fleurir pour aider à l’intégration professionnelle.

  2. Étienne N dit :

    Merci pour cette analyse très intéressante. Vous ne dites rien des doctorants qui ont passé les concours de l’enseignement secondaire avant ou pendant leur thèse et qui sont donc « employés » quoi qu’il arrive. Cela joue sur les statistiques dans certaines disciplines (histoire, lettres…) mais aussi sur le « vecu » du déclassement, de nombreux doctorants ayant choisi de passer ces concours comme une solution de sécurité ou un prérequis à la candidature en thèse et vivant plus ou moins bien ce retour au secondaire après la thèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *