Présidentielle 2017 : la belle et la bête, trouble dans le genre

Le premier tour de la présidentielle a placé en vis-à-vis deux finalistes hors normes à bien des égards : Emmanuel Macron, qui récuse le clivage droite-gauche, nouvelle version du « ni-ni » … qui peut aussi se lire comme l’illustration du « en même temps », tic de langage du candidat, peut-être plus largement révélateur de son positionnement ; et Marine Le Pen, candidate du Front national et fille de son père. Un homme et une femme, donc, une configuration suffisamment rare à ce niveau de compétition pour être soulignée.

Si l’on peut souhaiter, conformément à une forme d’idéal républicain, que toute élection et en particulier celle du chef ou de la cheffe de l’Etat, s’effectue sur la base des seuls programmes, force est de constater la prégnance de la dimension personnelle, l’importance de qui incarne les options politiques en présence. Dans une élection, l’individu et l’incarnation qu’il propose passent au rang d’argument au même titre que le programme. L’arrivée des femmes en politique a révélé la centralité du genre dans ce travail de représentation.

La présidentielle : une affaire d’hommes

Jusqu’à l’élection présidentielle de 2007, les finalistes ont été sans exception des hommes. La candidature de Ségolène Royal a montré aux yeux de tous et de toutes que le prétendu universalisme républicain masquait sa masculinité de fait. Elle a permis une relecture des compétitions antérieures et des compétences requises pour y participer, à l’aune de cette découverte. Goût pour la confrontation, voire l’affrontement, affirmation de soi fût-ce au détriment des autres, prouesse, charisme, compétence oratoire sont ainsi implicitement considérés comme allant de soi dans la compétition électorale. Autant de « vertus » (du latin « vir » : l’homme) peu développées dans la socialisation des filles.

Mais si tous les finalistes étaient des hommes, tous n’incarnaient pas leur virilité de la même manière. Rien de commun en effet entre l’incarnation d’un Giscard d’Estaing et celle d’un Mitterrand – le profil aristocratique de l’un, grand et élancé, contrastant avec la petite taille et le côté trapu de l’autre, supposés renvoyer à un ethos plus populaire. Ou encore celles d’un Chirac et d’un Jospin – tous deux grands et charpentés, la retenue du second contraste avec la cordialité bon enfant du premier -. Et enfin d’un Hollande et d’un Sarkozy : la masculinité soft – « molle » pour les détracteurs du candidat socialiste – s’opposant à la virilité revendiquée de son adversaire.

Au-delà de ces différences, la masculinité de ces hommes de pouvoir a cependant en commun l’affichage de leur hétérosexualité, voire pour certains la revendication de leur pouvoir de séduction dont témoignent les nombreuses anecdotes sur leurs conquêtes amoureuses (double vie de Mitterrand, surnom de « 10 minutes tout compris » pour Chirac, etc.). La jouissance des femmes reste le meilleur moyen d’affirmer sa virilité.

2017 : un homme, une femme

Comme celle de 2007, l’élection de 2017 voit s’affronter en finale une femme et un homme. Mais si la question du genre a été largement commentée lors de la candidature de Ségolène Royal, elle l’a peu été cette fois-ci. Que Marine Le Pen soit la représentante du Front national explique ce relatif silence. Car il est difficile de voir dans sa candidature une victoire du féminisme. En effet, son programme n’a rien de progressiste quant aux droits des femmes et renvoie à une conception archaïque et naturaliste de leur rôle dans la société (création du revenu parental qui contribue à renvoyer les mères au foyer, libre répartition du congé parental entre les deux parents, au lieu du partage égal qui favorise l’implication des pères, etc.).

CC Flickr DonkeyHotey

Quant aux revendications féministes de la candidate, comme lorsque, en visite chez le Grand mufti de Beyrouth, elle a refusé de se voiler, elles ne sont en réalité que le masque de la xénophobie du Front national. Etre une femme ne suffit pas pour être une féministe.

Ajoutons que la présidentielle de 2017 brouille l’ordre des représentations classiques. En 2007 en effet, le Parti socialiste était représenté par Ségolène Royal et l’UMP par Nicolas Sarkozy, ce double paradigme confortant l’association entre les valeurs de gauche et le féminisme d’une part, et d’autre part les valeurs de droite et la culture du chef associée à une conception plus traditionnelle du rôle des femmes qui y a longtemps prévalu. Rien de tel en 2017. Est-ce cette dissonance, voire cette inversion, qui expliquent le trouble que semblent manifester les deux candidat.e.s dans l’incarnation de leur genre où la féminité du candidat Macron n’a d’égal que la virilité de la candidate Le Pen ?

« Un peu homme, un peu femme, c’est la mode du moment. Androgyne. Ce qui vous plaît chez Macron, c’est que vous aimez toujours ceux qui ne vous obligent pas à choisir » Nicolas Sarkozy (Le Point, 12 mai 2016)

« Elle est couillue, ma sœur, c’est un lion » Yann, à propos de sa sœur Marine Le Pen (Libération, 15 janvier 2011)

Un homme ?

Emmanuel Macron rompt avec bien des codes de l’incarnation traditionnelle du pouvoir. Récemment arrivé en politique, il a fondé il y a peu son parti (En marche) pour préparer sa candidature. Il n’a détenu aucun mandat électif et n’a jusqu’ici jamais plongé dans le chaudron électoral avec le corps à corps que supposent la rencontre avec « les vraies gens » et la confrontation avec des adversaires politiques. En effet, énarque et haut fonctionnaire, il a l’image d’un homme de cabinet, passé par la Banque Rothschild où il a assuré les fonctions de banquier d’affaires. Dans les éléments de son identité stratégique, il n’hésite pas à mettre en avant son profil d’intellectuel, évoquant ses études de philosophie et sa proximité (contestée) avec le philosophe Paul Ricoeur. Dans l’imaginaire collectif, la figure de l’intellectuel est rarement identifiée aux canons de la virilité, pas plus que la jeunesse et le statut d’héritier, deux caractéristiques régulièrement mises en avant à son propos.

Il est le « fils rebelle de François Hollande », le « mutin de l’Elysée ». Pour le magazine L’Obs, il faut « lester le bambin » grâce au ralliement de poids lourds du Parti socialiste (2/03/2017). Les images sont plus brutales dans l’opposition de droite : François Baroin évoque « Oui-Oui égaré dans le monde de Lala Hollande » (20/04/2017, meeting à Yvré-l’Evêque), tandis que Marine Le Pen le traite de « bébé Hollande » (8/04/2017, meeting en Corse) et de « Hollande junior » (débat télévisé de l’entre-deux tours). Lorsqu’il rencontre Angela Merkel à Berlin (16/03/2017), l’émission humoristique C Canteloup diffusée sur TF1, le présente comme un gamin prenant l’avion, une pancarte autour du cou comme c’est l’usage pour les enfants voyageant seuls.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Sa jeunesse est pointée dans tous les portraits (à 39 ans, il est le plus jeune Président de la République) et associée à l’inexpérience, voire à l’immaturité d’un jeune homme impubère : « Emmanuel, c’est trop tôt (…) Ton tour viendra » lance Jean-Pierre Raffarin sur les ondes de France Inter à la veille du premier tour. La familiarité de l’apostrophe associée à l’usage du prénom et du tutoiement identifient Macron à un gamin pris en faute et réprimandé par son père. Quelques semaines auparavant (14/03/2017), le même Raffarin avait déclaré au micro de RTL : « Macron, il a pas la puissance, il a pas l’expérience (…) Il a des talents, notamment des talents de communication ». Si la communication est une vertu réputée féminine décriée, voire délégitimée au regard des compétences régaliennes valorisées pour faire de la politique, le déni de puissance (expression connotée sexuellement) ne renvoie-t-il pas définitivement le candidat du côté du féminin ? Trouble dans le genre …

Dans les médias, les nombreux commentaires sur son physique relèvent d’un traitement généralement réservé aux femmes. De même, les rumeurs d’homosexualité dont il a été l’objet renvoient à ce défaut de virilité suggéré par le leader de la droite. Nul doute que la mise en scène insistante du couple qu’il forme avec son épouse n’ait pour fonction de désamorcer ces rumeurs : comment être un homme sinon en ayant une femme ? Mais Brigitte Macron, de 24 ans son aînée, apparaît davantage comme une figure maternelle, et le renvoie une fois de plus à l’enfance. Les couples en politique fonctionnent en effet davantage sur l’association de la puissance du mâle et de la beauté de la compagne (Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, François Hollande et Julie Gayet, etc.) « Brigitte, sans laquelle je ne serais pas moi » déclare le candidat, suggère un effet Pygmalion inversé : ici c’est la femme qui façonne l’homme… à son image ?

Une femme ?

Marine Le Pen représente un parti d’extrême-droite, historiquement identifié aux valeurs viriles, dont témoignent le programme et l’idéologie qui sont les siens, mais également la personnalité de son fondateur, Jean-Marie Le Pen ou les méthodes brutales auxquelles le parti n’a jamais rechigné à recourir. La gestion patrimoniale du pouvoir au sein du parti, où la fille a hérité de son père la présidence du FN, est en droite ligne de cette vision conservatrice et patriarcale, ce qui relativise la rupture consistant à placer une femme à sa tête.

Le vote des femmes représente pour Marine Le Pen un enjeu électoral décisif et l’incarnation du FN par une femme a contribué à rallier à sa cause cette population longtemps réticente. Elle n’hésite pas à mettre en avant son identité de mère : « J’ai eu trois enfants en un an » rappelle-t-elle. Si ses dissensions avec son père l’ont conduite à occulter sa filiation, elle revendique depuis peu son statut de « fille de » … sa mère : n’a-t-on pas vu Pierrette Le Pen, au soir du premier tour de la présidentielle, danser avec sa sœur Marie-Caroline au siège de la candidate ? En revanche, son compagnon Louis Alliot reste discret : en effet, si leurs épouses humanisent les candidats et les confortent le plus souvent dans leur masculinité, exhiber son conjoint est plus ambigu pour une femme politique, et le risque plus grand d’apparaître ainsi comme une femme plus que comme une politique à part entière.

Marine Le Pen revendique sa féminité : si elle a revêtu le tailleur veste-pantalon pour le débat télévisé d’entre-deux tours, c’est le plus souvent en robe ou en jupe, ses jambes gainées de bas voile et chaussée de talons hauts qu’apparaît « Marine », la proximité induite par le prénom allant de paire avec l’occultation du nom du père (« Le Pen » a disparu des affiches de campagne). Son affiche pour le 2ème tour, où elle pose nonchalamment assise sur un coin de son bureau, la jupe au-dessus du genou et la cuisse en partie visible, manifeste cette féminité.

Mais son attitude durant le débat d’entre deux tours a rappelé ce qu’elle avait tenté de faire oublier : elle est bien sa fille de son père, « Jean-Marie le Pen avec une perruque ». Sa voix rauque de fumeuse, son rictus carnassier, son rire brutal, son agressivité et ses saillies violentes en même temps que son côté « chef de bande » font indiscutablement signe vers le masculin. Nicolas Sarkozy n’évoquait-il pas à son propos un physique de « déménageur » (in Ca reste entre nous, hein ?) En effet, pas de femmes dans sa garde rapprochée, son équipe de campagne étant presque uniquement composée d’hommes. Marine Le Pen au milieu des ouvriers en grève de Whirlpool, sur le parking de l’usine d’Amiens (26/04/2017), ou à la rencontre des pêcheurs lors de sa sortie au Grau du Roi (27/04/2017), ou encore son clip de campagne où elle figure à la barre d’un bateau, jambes largement écartées (une attitude typiquement masculine) pour rester ferme sur ses positions, autant de postures qui rappellent que pour être femme, elle n’en est pas moins – d’abord – un chef. Edgar Morin parlait à ce propos de « masculine feminine girl ». Trouble dans le genre …

Si dans le conte éponyme, le monstre qu’est la bête finit pas être libéré par l’amour de la belle, rappelons qu’il s’agit là d’une fiction et que dans la réalité, les choses se terminent rarement comme dans les contes de fées…

  • Matonti F., 2017, Le genre présidentiel, Paris : La Découverte.
  • Coulomb-Gully M., 2016, Femmes en politique – En finir avec les seconds rôles, Paris : Belin.
  • Genre, Sexualité & Société, 2013, Genre, Sexualité & Société, Hors-série n°2, Présidentielle 2012. | 2013 Présidentielle 2012

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Mondes Sociaux à partir de CC Wikimedia Commons Walter Crane et crédits image d’entrée : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Marlène Coulomb-Gully

LERASS (marlene.coulomb@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Marlène Coulomb-Gully

LERASS (marlene.coulomb@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *